Presentation F.M

Il y a tellement de courants dans la Franc-Maçonnerie qu'il est parfois difficile de s'y retrouver, essayons de voir plus clair dans toutes ces loges.

Les membres dissidents du mouvement Gnostique, qui furent connus sous le nom "d'Illuminati", choisirent d'utiliser des connaissances initiatiques pour développer et faire appliquer diverses techniques de modification comportementale. Originellement, les Illuminati étaient membres de l'Ordre des Mages, un ancien lignage Perse de chamanisme dont est issu le mouvement Gnostique. Les historiens estiment que les Mages constituaient la classe des prêtres de Zoroastre ou de Zarathoustra. Selon une note de scribe rédigée en marge d'Alciabides I, une oeuvre attribuée à Platon, "Zarathoustra est dit avoir précédé Platon de 6000 ans". Dans son ouvrage extraordinaire et peu connu, Plato Prehistorian, Mary Settegast situe l'émergence de l'ordre des Mages, la classe des prêtres originelle de l'ancienne religion Iranienne, durant l'Age des Gémeaux, aux alentours de 5500 avant l'époque contemporaine, une date qui est validée par les sources Grecques. L'Age des Gémeaux dura de 6200 à 4300 avant l'époque contemporaine. Le motif de dualisme associé avec la constellation des Gémeaux est en synchronisme avec le thème central de la religion Iranienne: la dualité cosmique absolue, le Bien contre le Mal. Mais ce genre de dualité n'est pas ce que nous trouvons dans les écrits Gnostiques. Le problème auquel étaient confrontés les prédécesseurs Mages des Gnostiques était la dualité de l'intention humaine et non pas la dichotomie des absolus cosmiques. Aux alentours de 4000 avant EC, avec l'émergence de la civilisation urbaine dans le Proche Orient, certains membres de l'ordre des Mages choisirent d'appliquer certains secrets de l'initiation au modelage social et à la politique. Ils devinrent les conseillers des premiers théocrates des états-nations patriarcales mais, en fait, c'étaient les conseillers qui menaient le jeu. Leurs sujets étaient systématiquement programmés pour croire qu'ils descendaient des dieux. Les Illuminati mirent en place des rites élaborés de consécration, ou rites de royauté. Ces rites étaient, en fait, des méthodes de contrôle mental appliquées à la population au travers de la symbolique collective et de la mystique de l'autorité royale. Les rituels de royauté étaient distincts des rituels d'initiation qui menaient à l'instruction par la Lumière et à la consécration à la Grande Déesse. La finalité des rituels de royauté n'était pas l'éducation ni l'illumination mais la gestion sociale. Les Gnostiques refusaient toute implication dans la politique parce que leur intention n'était pas de changer la société mais de promouvoir l'épanouissement d'individus habiles, équilibrés et illuminés qui créeraient une société saine au point qu'il n'y aurait nulle nécessité de la gérer par un contrôle extérieur. L'intention des Mages dissidents de gérer la société par un contrôle occulte était fondée sur le présupposé selon lequel les êtres humains ne sont pas intrinsèquement assez bons ou doués pour créer un monde humain. Cette divergence de points de vue quant au potentiel humain fut le principal facteur qui précipita la division au sein de l'ordre des Mages. Il existe une vidéo basée sur un travail de J. Lamb Lash, expert en mythologies comparées, expert en zodiaques et en religions disparues .

De façon très générale, la Gnose (du grec γνῶσις, gnôsis : connaissance) est un concept philosophico-religieux selon lequel le salut de l'âme passe par une connaissance (expérience ou révélation) directe de la divinité, et donc par une connaissance de soi1. 

 

RITES et HAUTS GRADES


Compilation de rites et hauts grades, réalisée par le TVF Patrick O’DELANT de la Loge de Recherche VDH Alain de Kérillis n° 1648, à partir de documents propres à chaque rites et obédiences.
Les Rites ou Systèmes maçonniques posent les règles des Rituels particuliers à chaque degré et à chaque type de cérémonie maçonnique. Les premiers Rites pratiqués par la Franc-maçonnerie moderne de 1723 sont issus d'une synthèse d'anciens catéchismes maçonniques et de cérémonies antérieures à 1717, avec des emprunts probables à la Maçonnerie opérative écossaise – synthèse à laquelle la Grande Loge de Londres (dite « des Modernes ») a apporté plusieurs innovations, notamment le troisième degré associé au mythe d'Hiram.
Par la suite, les Loges du Continent, qui pratiquaient le Rite de cette Grande Loge apporteront leurs propres modifications, ce qui explique les nombreux Rites et Systèmes maçonniques pratiqués aujourd'hui dans le monde. Certains se limitent volontairement aux trois premiers degrés exclusivement, comme le Rite Schroeder, par exemple; d'autres, au contraire, y ajoutent une série de degrés complémentaires appelés Hauts Grades dans certains cas.
Les Rites peuvent varier suivant les Loges ou les Obédiences: certaines Obédiences regroupant des Loges d'un même Rite, d'autres regroupant des Loges de Rites différents..


LE RITE EMULATION


Créé en 1813 par Peter Gilkes, le Rite Emulation revendique une filiation aux plus anciens rituels de la Franc-maçonnerie opérative. Il tient son nom de la Loge "Emulation of Improvement" (perfectionnement) qui s'est réunie pour la première fois en octobre 1823 au Freemason's Hall à Londres. C'est le Rite le plus pratiqué au sein de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Introduit en France en 1925, il fut adopté par plusieurs Loges de la Grande Loge Nationale Française et en Suisse par quelques Loges de la Grande Loge Suisse Alpina. Une des particularités de ce Rite, qui ne pratique que les trois premiers grades, est l'oralité: les cérémonies doivent être pratiquées par cœur; pratique qui provient de l'époque où, autant dans le Compagnonnage qu'en Franc-maçonnerie opérative, les Rituels étaient appris par cœur car, dans l'esprit de sauvegarde du secret du métier, rien ne devait être écrit.
Des degrés additionnels (qui ne sont pas considérés comme des Hauts Grades mais comme de simples compléments au 2e et au 3e grade) viennent compléter les 3 degrés symboliques du Rite Emulation tout en étant administrés séparément du Rite. Ce sont les degrés de Royal Arch et de Mark Master.
Le degré de Royal Arch est considéré comme un complément au grade de Maître (et non comme un 4e grade) censé contenir la quintessence de la philosophie maçonnique. Il possède son propre Rituel et est administré par un Chapitre autonome.
Le degré de Mark Master ou Mark Mason, dit de la Maçonnerie de la Marque, est, quant à lui, une continuation de l'ancien grade opératif de Compagnon (à l'origine, le grade de Compagnon était le dernier degré initiatique, l'appellation de Maître étant réservée uniquement au Maître ou Vénérable qui présidait la Loge). Son enseignement met l'accent sur la fameuse "pierre angulaire" rejetée par les bâtisseurs, dont il est fait mention dans la Bible (Psaume 118:22, Matthieu 21:42, Marc 12:10, Luc 20:17) et, qui est devenue la pierre d'angle maîtresse de l'œuvre. Sur cette pierre en forme de coin, qui n'est autre que la clé de voûte de l'édifice, le Mark Master inscrit sa "marque", signe géométrique que l'on retrouve sur les édifices monumentaux et religieux.


LE RITE FRANCAIS


Le Rite Français détient les formes les plus proches de la première Franc- maçonnerie pratiquée en France vers 1725 sous l'influence de Maçons anglais. C'est la traduction en français des rituels de la Maçonnerie andersonienne de 1717, qui donnera naissance au Rite Français, appelé aussi plus tard, au 19e siècle, Rite Français Moderne. Ce rite est né en 1783 avec la constitution au sein du Grand Orient de France d'un Grand Chapitre Général de France, intégré à l'obédience en 1787. Ses statuts et règlements généraux prévoyaient que le rite était composé de 5 ordres. C'est en 1801 que les rituels des différents ordres furent publiés. La particularité de ce rite est son articulation autour de la symbolique de la Rose+Croix. Il était qualifié de "Moderne" car il faisait appel au symbolisme en usage à la Grande Loge d'Angleterre (dite des "Moderns"). Avec les événements de 1877, le rite tel qu'il était pratiqué au Grand Orient de France a été modifié et une grande partie de sa symbolique relative au compagnonnage a disparu. Le rite Français d'aujourd'hui dit "Groussier" (tel qu'il est pratiqué par la plupart des loges du Grand Orient de France) n'a plus grand chose à voir avec le rite de 1783 même si, depuis une dizaine d'années des Frères du Grand Orient ont rallumé les feux du Grand Chapitre Général de France. La pratique du rite dans sa forme originelle a donc été conservée au sein du Grand Orient de France par quelques Loges.


Loges Bleues :
1-Apprenti 2-Compagnon 3-Maître
Premier Ordre de Rose+Croix : 4-Maître Élu
Second Ordre de Rose+Croix : 5-Maître Écossais
Troisième Ordre de Rose+Croix : 6-Chevalier Rose+Croix
Quatrième Ordre Rose+Croix : 7-Souverain Prince Rose+Croix
Cinquième ordre 8-Chevalier de l’Aigle Blanc


LE RITE FRANÇAIS MODERNE


Ce rite est né en 1783 avec la constitution au sein du Grand Orient de France d'un Grand Chapitre Général de France, intégré à l'obédience en 1787. Ses statuts et règlements généraux prévoyaient que le rite était composé de 5 ordres. C'est en 1801 que les rituels des différents ordres furent publiés. La particularité de ce rite est son articulation autour de la symbolique de la Rose+Croix. Il était qualifié de Moderne" car il faisait appel au symbolisme en usage à la Grande Loge d'Angleterre (dite des "Moderns"). Avec les événements de 1877, le rite tel qu'il était pratiqué au Grand Orient de France a été modifié et une grande partie de sa symbolique relative au compagnonnage a disparu.


LE RITE ECOSSAIS ANCIEN ET ACCEPTE


Le Rite Écossais Ancien et Accepté est une des deux branches de la franc- maçonnerie qui permet à un Maître Maçon d'approfondir ses connaissances maçonniques après avoir complété les trois grades de la Maçonnerie Symbolique. L'autre branche connue par le Rite York est constituée des : Maçons de l'Arche Royale, des Maîtres Royaux et Choisis, et les Templiers. Le Rite Écossais inclus le 4ème    jusqu'au 32ème degré. Le terme "Écossais" laisse croire que l'Écosse est à l'origine du Rite. De même pour des années on a cru qu'il fallait aller en Écosse pour recevoir le 33ème degré. Or ces deux affirmations sont fausses. En effet, la première référence du Rite Écossais Ancien et Accepté où se trouve dans les anciens registres français, dans lesquelles apparaît le mot « Écossais ». A la fin du 17ème siècle, quand les Îles anglaises étaient dans le chaos et déchirées par les conflits, plusieurs Écossais ont fuit en France où ils ont repris leurs titres maçonniques. On croit que de la découle l'usage du mot « Écossais ». C'est en 1732 que la première Loge Écossaise « Scottish Lodge » fut établie à Bordeaux, un des centres maçonniques les plus anciens et les plus influents en France. Les membres étaient des francs-maçons anglais et écossais. Les Hauts Grades ont été formés dans les années 1738 à 1740, et ce n'est qu'en 1761 que Stéphan Morin de Bordeaux a obtenu la permission de porter ces grades à travers l'atlantique jusque l'Amérique. En 1763 Morin établi aux Antilles, possessions françaises à cette époque, un système constitué de 25 appelés hauts grades, et qui sont connus par le Rite de Perfection "Rite of Perfection". Le 31 mai 1801, à Charleston, Caroline du sud, fut fondé le « Suprême Council of the Thirty Third degree » Conseil Suprême du 33ème degré pour les États Unis, le premier conseil suprême du Rite Écossais Ancien et Accepté au monde. Le but de ce conseil était d'unifier ces groupes Maçonniques compétitifs et de sortir du chaos l'ordre maçonnique, le conseil était constitué de 11 Grands Inspecteurs Généraux. Le 5 août 1813, Emmanuel De la Motta, 33ème, de Savannah, Georgia, Grand Trésorier Général du Conseil Suprême à Charleston,
établie dans les villes de New York, Le Conseil Suprême du 33ème degré pour le district et les juridictions du Nord des Etats Unis d'Amérique, « The Supreme Council of the Thirty-third degree for the Northern District and Jurisdiction of the United States of America » dans la ville de New York. Le premier « Sovereign Grand Commander » était Daniel D. Tompkins, 33ème il a détenu cette poste de 1813 a 1825 et il était en même temps le vice-Président des États Unis d'Amérique durant les deux mandats du Président Monroe. Depuis qu'il a été officiellement reconnu en août 1801 à Charleston en Caroline du Sud, le Rite Écossais Ancien et Accepté s'est dès lors répandu dans le monde entier.


Loges Bleues


1er. Apprenti Maçon 2e. Compagnon Maçon 3e. Maître Maçon
Loges de perfection (ateliers philosophiques)
4e. Maître Secret 5e. Maître Parfait 6e. Secrétaire intime 7e. Prévôt et Juge 8e. Intendant des Bâtiments 9e. Maître Élu des Neufs 10e. Illustre Élu des Quinze 11e. Sublime Chevalier Élu 12e. Grand Maître Architecte 13e. Chevalier Royal-Arche 14e. Grand Élu de la Voûte Sacrée ou Sublime Maçon


Chapitres
15e. Chevalier d'Orient ou de l'Épée 16e. Prince de Jérusalem 17e. Chevalier d'Orient et d'Occident 18e. Souverain Prince Rose-Croix
Aréopages
19e. Grand Pontife ou Sublime Écossais dit de la Jérusalem Céleste 20e. Vénérable Grand Maître de toutes les Loges Régulières ou Maître ad Vitam 21e. Noachite ou Chevalier Prussien 22e. Chevalier Royal Hache ou Prince du Liban 23e. Chef du Tabernacle 24e. Prince du Tabernacle 25e. Chevalier du Serpent d'Airain 26e. Écossais Trinitaire ou Prince de Mercy 27e. Grand Commandeur du Temple ou Souverain Commandeur du Temple de Jérusalem 28e. Chevalier du Soleil
29e. Grand Écossais de Saint-André d'Écosse 30e. Grand Élu Chevalier Kadosch ou Chevalier de l'Aigle Blanc ou Noir


Tribunaux
31e. Grand Inspecteur, Inquisiteur Commandeur
Consistoires
32e. Sublime Prince du Royal Secret 33e. Souverain Grand Inspecteur Général
Les trois derniers degrés sont des grades administratifs, le trentième ou Chevalier Kadosh constituant la synthèse finale des grades initiatiques du Rite. Le Suprême Conseil du Rite est pour les grades 4 à 33 l'équivalent de l'Obédience pour les Loges bleues. e Convent international de Lausanne qui réunissait en 1875 les Suprêmes Conseils de l'époque, dont ceux de France et d'Angleterre, a posé et adopté les Principes de base qui définissent l'esprit du REAA. On y trouve notamment cette citation: "Pour relever l'homme à ses propres yeux, pour le rendre digne de sa mission sur la terre, la Maçonnerie pose le principe que le Créateur suprême a donné à l'homme comme bien le plus précieux, la Liberté; la liberté, patrimoine de l'humanité tout entière, rayon d'en haut qu'aucun pouvoir n'a le droit d'éteindre ni d'amortir et qui est la source des sentiments d'honneur et de dignité." Ce Rite est pratiqué un peu partout dans le monde .


LE RITE ECOSSAIS RECTIFIE


L'origine de ce Rite remonte au Système de la Stricte Observance, fondé en 1756 par le baron de Hund, initié à Paris. Ce Rite invoquait bien sûr, comme la plupart des Systèmes de Hauts Grades de l'époque, la filiation templière.
A la mort du baron de Hund en 1776, le Rite de la Stricte Observance, constitué en Directoires Ecossais, allait évoluer et préciser ses objectifs lors des Convents de Lyon, 1778, et de Wilhelmsbad, 1782, sous la présidence de son nouveau Grand Maître, le duc Ferdinand de Brunswick. Depuis lors, le Rite a pris le nom de Rite Ecossais Rectifié et se compose des Loges de Saint-André, d'une part, correspondant au grade de Maître Ecossais, et de l'Ordre intérieur, d'autre part, comprenant les Ecuyers Novices et les Chevaliers bienfaisants de la Cité Sainte (CBCS). Un Grand Prieuré, organisé en Commanderies et Préfectures, dirige l'ensemble.
Loges Bleues : 1-Apprenti 2-Compagnon 3-Maître Maçon
Loges Vertes dites "de St André": 4-Maître Écossais de Saint André


Ordre Intérieur :


5-Écuyer Novice 6-Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte
Profession (classe secrète) : 7-Profès 8-Grand Profès
Ce rite est pratiqué en France par le Grand Prieuré des Gaules, la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique - Opéra, la Grande Loge Nationale Française, le Grand Orient de France et la Grande Loge de France.


LE RITE EGYPTIEN DU GRAND ORIENT DE FRANCE


Même si formellement le Grand Orient de France fit toujours état de ses droits sur le Rite Égyptien, notamment par la présence permanente d'une section de Memphis- Misraïm au sein du Grand Collège des Rites, sa pratique était en fait tombée en désuétude à la fin du XIX ème siècle. Ce n'est pas le lieu de rappeler ici les événements qui amenèrent son réveil rue Cadet en 1999. Fidèle en cela à la tradition originelle du rite, les loges de Memphis-Misraïm qui ont rejoint le Grand Orient de France voulaient à la fois travailler les spécificités initiatiques du rite et promouvoir les valeurs Humanistes de Liberté, d'Égalité et de Fraternité, bien commun de la tradition maçonnique française. Le Grand Ordre Égyptien a été constitué pour ouvrir, sur les mêmes bases, la pratique des hauts-grades du rite égyptien aux seuls Frères du Grand Orient de France. Ses principes fondamentaux sont les mêmes que ceux du Grand Orient de France ; fonctionnement démocratique et liberté de conscience. L'une des caractéristiques du Rite Égyptien est d'avoir été, à partir d'un unique patrimoine symbolique et rituel, organisé avec des modalités différentes selon les lieux et les époques. Le choix du Grand Ordre Égyptien et de son Souverain Grand Conseil est de le pratiquer selon les modalités définies par l'accord de 1862 avec le Grand Orient de France. C'est notamment dans ces formes, que les frères fondateurs du Grand Ordre Égyptien l'ont reçu, de filiations qui avaient subsistées depuis la fin du XIX ème siècle. L'un des points notables de cet accord est de délivrer l'enseignement du rite dans le cadre d'une échelle de 33 grades. Dépositaire de l'intégralité du patrimoine symbolique et rituel du rite de Memphis-Misraïm, le Grand Ordre Égyptien et son Souverain Grand Conseil le conserve, l'administre et le confère donc selon une échelle de 33 grades :


•    4 ème •    5 ème •    6 ème •    7 ème •    8 ème •    9 ème
•    10 ème •    11 ème •    12 ème •    13 ème •    14 ème •    15 ème •    16 ème •    17 ème


Maître Discret Maître Sublime-Maître des Angles Chevalier de l'Arche Sacrée Chevalier de la Voûte Secrète. Chevalier de l'Épée Chevalier de Jérusalem Chevalier d'Orient Chevalier Rose-Croix Chevalier de l'Aigle Rouge Chevalier du Temple Chevalier du Tabernacle Chevalier du Serpent Chevalier Kadosch Chevalier du Royal Mystère


•    18 ème •    19 ème •    20 ème •    21 ème •    22 ème •    23 ème •    24 ème •    25 ème •    26 ème •    27 ème •    28 ème •    29 ème •    30 ème •    31 ème •    32 ème •    33 ème • • •


Grand Inspecteur Sage de la Vérité Philosophe Hermétique Patriarche Grand Installateur Patriarche Grand Consécrateur Patriarche Grand Eulogiste Patriarche de la Vérité Patriarche des Planisphères Patriarche des Védas Sacrés Maître Égyptien Patriarche d'Isis Patriarche de Memphis Patriarche de la Cité Mystique Sublime Maître du Grand Oeuvre Grand Défenseur du Rite, Chevalier de l'Aurore et de la Palestine

Prince de Memphis
Patriarche Grand Conservateur (Arcana Arcanorum).
Les Collèges Égyptiens administrent les grades du 4ème au 30ème L'Académie Égyptienne rassemble les 31ème et 32ème grades Le Souverain Grand Conseil réunit les Frères du 33ème grade.


Dans cette échelle, les grades qui sont réellement pratiqués sont : dans le cadre des Collèges Égyptiens, les 12ème Chevalier de l'Aigle Rouge, 20ème Philosophe Hermétique, 27ème Maître Égyptien Patriarche d'Isis et 30ème Sublime Maître du Grand Œuvre ; dans celui de l'Académie, le 31ème Grand Défenseur du Rite, le 32ème n'étant conféré que comme une dignité maçonnique. Le grade de 33ème Patriarche Grand Conservateur fait l'objet d'une cérémonie en pleine et due forme et ne peut être conféré que dans le cadre du Souverain Grand Conseil. Les grades intermédiaires sont conférés par communication mais font pour certains l'objet de cahiers d'étude particuliers, sinon d'approfondissements rituels dans quelques cas, sans dévoiler ce qui ne doit pas l'être, on peut néanmoins donner quelques éléments sur les principales étapes qui vont structurer le chemin des Frères au sein des hauts- grades égyptiens du Rite de Memphis-Misraïm. Il est en effet important de souligner le caractère progressif et cohérent des grades pratiqués. Il s'agit d'un retour, par étapes, au cœur même des sources de l'initiation. Cette progression s'effectue dans une perspective à la fois historique et symbolique. Ainsi les initiations vont accompagner les Frères de la Kabbale judéo-chrétienne ,au renouveau de l'Hermétisme de la Renaissance, avec son profond enracinement dans les mystères grecs et romains, à l'Ésotérisme de l'Égypte. La quatrième initiation parachèvera ces moments. Mais revenons avec quelques détails supplémentaires sur ces quatre principales étapes :


Première étape, le grade de Chevalier Rose-Croix de l'Aigle Noir, Blanc et Rouge dit Chevalier de l'Aigle Rouge (12ème) est peut être le plus surprenant tant il est riche. Ce vieux grade hermétique, qui par là plonge ses racines bien au delà du XVIIIème siècle est attesté dans les années 1760. Il fut pratiqué notamment à Metz par le Baron de Tsoudy, à Paris et à Marseille. On le retrouve dans les années 1780 comme grade de fin de système du Rite Écossais Philosophique. Il aurait disparu s'il
n'avait été intégré à l'échelle de grade de Misraïm puis de Memphis. La deuxième grande étape est le grade de Philosophe Hermétique ou Philosophe Inconnu (20ème). Sur le plan initiatique, il s'inscrit sans nui doute dans cette «filiation» qui semble bien l'héritière lointaine des mystères pythagoriciens, éleusiaques ou même misraïques et qui prit bien des voiles depuis les cercles néoplatoniciens de la Renaissance. On y met en œuvre une riche interprétation symbolique du monde et l'ascèse initiatique en son sein. Un voile nouveau est alors levé sur ce qui fut nommé l'hermétisme. Le grade de Maître Égyptien, Sage des Pyramides, ami du désert eu Patriarche d'Isis (27ème) résume, prolonge et conserve ! A quête et l'enseignement des petits rites égyptiens qui prospérèrent en France à la fin du XVIII ème siècle et au début du XIX ème. Ses formes rituelles actuelles ont été fixées par Marconis de Nègre au milieu du XIX ème siècle. L'Égypte dont il est question est d'abord un symbole, ce berceau des initiations qui hante l'ésotérisme occidental depuis la Renaissance. Mais les textes rituels de l'initiation utilisés dans le Grand Ordre Égyptien «réactivent » ici de manière incontestablement authentique, ce que furent les « Mystères » d'Osiris dans leur formulation ptolémaïque. Le Sublime Maître du Grand Œuvre (30ème) parachève la progression, en rapprochant symboliquement et rituellement l'initié du « Premier Principe des choses ». L'initié est conduit à travers les principales étapes de ce parcours vers la pleine réalisation de son être, lui permettant ainsi de révéler toutes les potentialités et les qualités de sa double nature humaine et spirituelle. En conclusion, le travail initiatique auquel vous invite les hauts-grades du Grand Ordre Égyptien tente de réunir dans l'harmonie, exigence humaniste et quête spirituelle. Deux aspects qui sont, nous semblent-ils, inséparables de notre tradition maçonnique. Les hauts-grades du rite sont administrés par le Souverain Grand Conseil. Les capacités et les pouvoirs liés aux différents grades sont exclusivement ceux que les frères revêtus de ces grades essayent d'exercer sur eux-mêmes dans le cadre de leurs propres cheminements initiatiques. Pour ce qui est du fonctionnement du Souverain Grand Conseil, il obéit simplement aux principes démocratiques de la tradition associative française et est décrit dans son Règlement Général. Bien que la structure du Grand Ordre Égyptien ne concerne que les Frères du Grand Orient de France, ses Collèges égyptiens, s'ils le souhaitent, peuvent recevoir en visiteurs, sous certaines conditions, des Frères ou des Soeurs soit d'autres rites, soit d'autres obédiences.


LE RITE ANCIEN ET PRIMITIF DE MEMPHIS MISRAIM


L'échelle maçonnique dans le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm a 99 degrés. Les Ateliers du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm pratiquent, à l'exclusion de tout autre, les Rituels approuvés et édités par le Souverain Sanctuaire International. Les Ateliers du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm travaillent à la GLOIRE DU GRAND ARCHITECTE DE L’UNIVERS ou du SUBLIME ARCHITECTE DES MONDES. Lors des cérémonies de réception, suivant les Principes de Tradition de l'ordre, trois Grandes Lumières sont placées à l'orient sur l'Autel des Serments, lui-même situé sur le Plateau du Président de l'Atelier. L'Équerre, le Compas et un Livre Sacré ouvert au chapitre prescrit par les Rituels suivant les Grades. Les Obligations des Francs-Maçons du Rite sont prêtées sur ces Grandes Lumières. Depuis le Convent International de 1969, la présence de l'Équerre, du Compas et de la Règle est obligatoire au centre du Naos dans les Loges du 1er au 3ème degré. Peut y être ajouté un Livre sacré ouvert. Le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm est un Rite spiritualiste, ce qui implique la croyance
au Grand Architecte de l'Univers, Il n'est lié et ne dépend d'aucune religion particulière, et laisse depuis toujours ses membres dans une pleine et totale liberté de conscience. Article « 8 » des Grandes Constitutions et des règlements généraux : La Franc-Maçonnerie de l'Ordre International du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm admet en son sein la femme à égalité absolue avec l'homme mais le Rite ne pratique pas la mixité. L'échelle maçonnique dans le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm a 99 degrés, divisés en 90 degrés d'instruction et 9 degrés officiels. Le 95ème degré est réservé aux membres du Souverain Sanctuaire National, sans mandat particulier. Le 96ème degré est réservé aux Substituts Grands Maîtres Nationaux. Le 97ème degré est réservé au Grand Maître Nationaux. Le 98ème degré est réservé au Substitut Grand-Maître Mondial. Le 99ème degré est l'apanage du Président du Souverain Sanctuaire International et Souverain Grand Maître Mondial ad vitam, ainsi que du Passé Grand Maître Mondial si celui-ci se démet de sa charge. Tous ses hauts Degrés sont conférés ad vitam. Les degrés d'instruction conférés par le Rite sont divisés en trois séries qui constituent : Du 1er au 3ème degré, la maçonnerie symbolique. Du 4ème au 33ème degré, la maçonnerie philosophique. Du 34ème au 90ème degré, la maçonnerie hermétique ou ésotérique. La Maçonnerie symbolique étudie la morale, donne une explication du Symbolisme et prépare les commençants à la recherche philosophique. La Maçonnerie philosophique étudie les grands courants de pensée de l'histoire. Son objet est de pousser à la recherche des causes et des origines. La Maçonnerie hermétique ou ésotérique s'occupe de haute philosophie, étudie les mythes religieux des différents âges de l'Humanité et admet le travail Ésotérique le plus avancé. Les Ateliers des Corps organisés et autorisés du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm portent les noms de :


•    LOGES, du 1er au 3ème degrés. •    COLLEGES, ou « Loges de Perfection » du 4ème au 14ème degré. •    CHAPITRES, du 15ème au 18ème degré. •    SENATS, du 19ème au 29ème degré. •    AREOPAGES, au 30ème degré. •    TRIBUNAUX, au 31ème degré. •    CONSISTOIRES, au 32ème degré. •    CONSEILS SUPREMES, au 33ème degré. •    SUPREMES CONSEILS (corps organisés pour la Direction de la Maçonnerie Philosophique). •    GRANDS CONSISTOIRES, du 34ème au 71ème degré. •    GRANDS CONSEILS, du 72ème au 90ème degré. •    GRANDS TRIBUNAUX, au 91ème degré. •    GRANDS TEMPLES MYSTIQUES, du 92ème au 94ème degré. •    SOUVERAINS SANCTUAIRES (Nationaux et International) du 95ème au 99ème degré.


Tous les Corps constitués ont une hiérarchie intérieure, des obligations et des droits déterminés par les lois et décrets émanant du Souverain Sanctuaire International. Tous les membres du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm sont tenus d'observer fidèlement les lois et décrets émanant des Souverains Sanctuaires (Nationaux, International).
Collèges ou Loges de Perfection du 4ème au 14ème degré
Les degrés conférés par les Collèges sont les suivants :


•    4ème degré Maître Secret •    5ème degré Maître Parfait •    6ème degré Secrétaire Intime •    7ème degré Prévôt et Juge •    8ème degré Intendant des Bâtiments •    9ème degré Maître Élu des Neuf •    10ème degré Illustre Élu des Quinze •    11ème degré Sublime Chevalier Élu •    12ème degré Grand Maître Architecte •    13ème degré Royal Arche •    14ème degré Grand Élu de la Voûte Sacrée
Communication et initiation des degrés : Le 4ème degré Maître Secret fait l'objet d'une cérémonie d'initiation. Les 5ème, 6ème, 7ème, 8ème degrés se donnent par communication. Le 9ème, Maître Élu des Neuf, fait l'objet d'une cérémonie d'initiation. Les 10ème, 11ème, 12ème degrés se donnent par communication, par rituel particulier. Les 13ème, et 14ème degrés, Royal Arche et Grand Élu de la Voûte Sacrée font l'objet d'une cérémonie d’initiation.


Tous les Officiers d'un Collège doivent posséder le 14ème degré. Remarque : tous ces titres changent de dénominations suivant les grades pratiqués. Sur proposition du Suprême Conseil, le Souverain Sanctuaire National nomme le Trois Fois Puissant Maître de la Loge de Perfection. Celui-ci doit être titulaire du 18ème degré du Rite. Cette nomination a une durée de trois ans. Dès le reçu du Bref du Suprême Conseil confirmant sa nomination, le Trois Fois Puissant Maître convoque le Collège pour procéder aux élections des Officiers suivant les modalités régissant tous les Ateliers du Rite. Un Collège doit se réunir en Tenue Solennelle au moins trois fois par an. La Loge de Perfection se réunit au 9ème degré, de préférence pour l'initiation d'un nouveau Maître Élu des Neuf. Des Collèges pourront être installés dans chaque Orient, dans lequel il existe trois Loges en activité. Chaque Collège prend un titre distinctif qui ne pourra être celui de l'un des autres Ateliers de l'Obédience. Pour le 4ème degré, les demandes d'élévation sont présentées soit par la Loge de Perfection, par l'intermédiaire d'un membre des hauts Grades, soit par le Suprême Conseil National, soit par le Souverain Sanctuaire. Saisi de la demande, le Président du Collège invite le candidat à présenter un travail symbolique imposé sur un thème de la Maçonnerie. Au reçu du travail, les Officiers du Collège se réunissent pour en entendre la lecture. Ils auront au préalable une évaluation générale sur son aptitude à être élevé au degré envisagé, sur son comportement dans l'Ordre. Le Collège des Officiers, après avoir entendu la lecture du travail, donne un avis écrit et motivé sur l'entrée du candidat au 4ème degré. La totalité des pièces doivent être transmises, ainsi que les métaux, au Suprême Conseil National afin qu'il puisse statuer définitivement, lui seul ayant qualité pour nommer aux degrés supérieurs du 4ème au 32ème degré. Un candidat ajourné peut être invité à se présenter l'année suivante devant le même Atelier. Le Collège est informé et ne peut procéder à l'élévation qu'après avoir reçu l'ampliation du décret du Suprême Conseil National conférant au candidat le 4ème degré. Tout Maître maçon entrant dans un Collège, prend l'engagement de payer sa cotisation annuelle pendant 3 ans au moins. Il reçoit le règlement particulier du Collège. Pour les élévations aux 9ème et 13ème et 14ème
degrés, le Collège suit les mêmes modalités de vote des Loges symboliques au troisième degré. Les demandes d'élévation au 18ème degré sont présentées soit par les Chapitres ou par le Suprême Conseil et le Souverain Sanctuaire qui peuvent présenter un candidat. Le Président du Chapitre demande au candidat un morceau d'architecture sur un sujet maçonnique et suit la même procédure que pour les demandes d'élévation dans les Collèges.


Les Chapitres ou Ateliers Capitulaires du 15ème au 18ème degré
Les degrés conférés par les Chapitres sont les suivants :
•    15ème degré Chevalier d'Orient ou de l'Épée •    16ème degré Prince de Jérusalem •    17ème degré Chevalier d'Orient et d'Occident •    18ème degré Chevalier Rose-Croix
Les 16ème et 17ème degrés se donnent par communication.
•    Le 18ème degré fait l'objet d'une cérémonie d'élévation, ainsi que le 15ème degré éventuellement.
Il y aura toujours un Chapitre de Rose-Croix au siège de l'Obédience Nationale. Il pourra être créé un Chapitre par province autour de laquelle travailleront régulièrement trois Loges de Perfection au moins, sous la dépendance du Suprême Conseil National. Les Loges de Perfection travaillant dans des provinces où il ne se trouve pas de Chapitre régulièrement constitué seront placées sous l’Obédience directe du Chapitre de leur choix, mais de préférence, situé dans la localité la plus proche de leur Orient. Chaque Chapitre prend un Titre Distinctif qui ne pourra pas être celui de l’un des autres Ateliers de l'Obédience. Tout Chevalier Rose-Croix, dépendant d'un autre Suprême Conseil, qui veut être admis dans un Chapitre, doit d'abord se faire affilier dans une Loge Symbolique du Rite. Tout Chevalier Rose-Croix entrant dans un Chapitre, prend l'engagement d'y payer ses cotisations annuelles pendant trois ans au moins. Il doit signer le Règlement particulier du Chapitre. Aucun Chapitre ne peut ouvrir ses Travaux à moins que trois de ses Officiers et six membres ne soient présents. Sur proposition du Suprême Conseil, le Souverain Sanctuaire nomme le Très Sage Athirsata du Chapitre. Celui-ci doit être titulaire du 30éme degré du Rite. Cette nomination a une durée de 3 ans. Dès le reçu du Bref du Suprême Conseil, le Très Sage convoque le Chapitre pour procéder, dans la Tenue qui suit l'Équinoxe d'Automne, aux élections des Officiers, suivant les modalités régissant tous les Ateliers du Rite. La Tenue principale d'un Chapitre a lieu vers le 21 mars, à l'équinoxe du printemps. Tous les Officiers ne peuvent remplir les mêmes fonctions plus de trois années consécutives. Exception est faite pour le Trésorier et l'Elémosinaire. Les Tenues sont réglées par le Très Sage, selon les besoins du Chapitre. Tous les ans a lieu sous le nom "d'Agape", un banquet obligatoire tous les membres du Chapitre. Les Chapitres sont tenus de rédiger un Règlement particulier et financier. Ce Règlement sera soumis à l'approbation du Suprême Conseil National. Les Chapitres peuvent avoir des membres honoraires, suivant les prescriptions des Règlements Généraux. Pour les mises en sommeil, décès, congés, jugements, on procédera comme il est dit pour les Ateliers Symboliques.


Aréopages du 19ème au 30ème degré
Les degrés conférés par les Aréopages sont les suivants :
•    19ème degré Grand Pontife ou Sublime Écossais dit de la Jérusalem Céleste •    20ème degré Chevalier du Temple •    21ème degré Noachite ou Chevalier Prussien •    22ème degré Chevalier Royal Hache, Prince du Liban
•    23ème degré Chef du Tabernacle •    24ème degré Prince du Tabernacle •    25ème degré Chevalier du Serpent d'Airain •    26ème degré Écossais Trinitaire, Prince de Mercy •    27ème degré Grand Commandeur du Temple •    28ème degré Chevalier du Soleil ou Prince Adepte •    29ème degré Grand Écossais de St. André, Prince de la Lumière •    30ème degré Grand Élu Chevalier Kadosh, Chevalier blanc et noir.
Il faut neuf Maçons au moins, possédant régulièrement le Grade de Chevalier Kadosh, pour former un Aréopage. Le Président de l'Aréopage du 30ème degré porte le titre de "Très Éminent Commandeur". Il est nommé directement par le Suprême Conseil. Les Officiers sont élus suivants les instructions des Règlements Généraux, comme pour les Ateliers Symboliques. Les Aréopages auront un règlement particulier et financier qui sera soumis à l'approbation du Suprême Conseil. Lorsqu'il y aura lieu de faire des réceptions de Chevaliers Kadosh en dehors d'un Aréopage régulièrement constitué, le Suprême Conseil est autorisé, par arrêté spécial du Souverain Sanctuaire, à déléguer des Frères, qui se formeront en Aréopage, pour procéder à ces réceptions. Les délais entre les grades du 19ème au 30ème degré sont fixés comme suit : Du 18ème au 30ème : 4 ans. Si le Frère n'a pas le temps voulu pour obtenir son augmentation de salaire, des dispenses spéciales pourront être demandées au Souverain Sanctuaire. Le Suprême Conseil seul, après examen et sur vote régulier, pourra demander des dispenses. La Tenue principale des Aréopages se tiennent vers le 21 mars, à l'équinoxe de printemps. Un Aréopage doit se réunir au moins une fois par an. Les demandes d'entrée à l'Aréopage sont présentées soit par le Suprême Conseil, soit par le Souverain Sanctuaire National. Trois enquêteurs sont nommés par le Président. Les enquêtes portent sur les connaissances initiatiques du candidat. Puis l'on procède de la même façon que pour les demandes d'élévation dans les Collèges.


Tribunaux du 31ème degré
Le fonctionnement n'est pas permanent. Ils sont organisés temporairement en vertu d'un décret du Suprême Conseil, sur avis du Souverain Sanctuaire National pour statuer sur les affaires disciplinaires. Les seuls Officiers Dignitaires sont le Président et le Vice-Président. Le Tribunal se compose de 7 membres. Les deux Dignitaires sont nommés au scrutin secret à la majorité absolue, par le Suprême Conseil et confirmés par le Souverain Sanctuaire National pour la durée d'une session. Les 7 membres sont choisis par le Président. Les Frères appelés à être élevés au 31ème degré sont distingués et choisis par le seul Suprême Conseil. Ils ne peuvent être
présentés ni par un Frère, ni par un Atelier. Un travail doit être obligatoirement fourni. Celui-ci, d'ordre strictement maçonnique, doit être développé et revêtir un caractère personnel d'originalité.


Les Consistoires du 32ème degré
Leur fonctionnement n'est pas permanent. Ils sont présidés par le Lieutenant Grand Commandeur du Suprême Conseil par délégation du Souverain Grand Commandeur. Il est assisté par les Officiers du Suprême Conseil. Ils se réunissent en organe de réflexion sur les grands problèmes philosophiques. Les Frères appelés à être élevés au 32ème degré sont distingués et choisis par le seul Suprême Conseil. Ils ne peuvent être présentés ni par un Frère, ni par un Atelier. Un travail doit être obligatoirement fourni. Celui-ci devra révéler les appréciations personnelles du postulant.


Conseil Suprême du 33ème degré
Le Conseil Suprême des titulaires du 33ème degré qu'il ne faut pas confondre avec le Suprême Conseil, est composé des Souverains Grands Inspecteurs de l'Ordre. Les Travaux sont présidés et dirigés par le Souverain Grand Commandeur qui ne peut déléguer cette obligation. Il est assisté des Grands Officiers du Suprême Conseil. Il n'est convoqué que sur l'ordre de son Président et se réunit chaque fois qu'il y a lieu d'initier au 33ème les membres élevés à ce grade par le Souverain Sanctuaire National. Les Frères appelés à être élevés au 33ème degré sont distingués et choisis par le seul Souverain Sanctuaire National. Ils ne peuvent être présentés ni par un Frère, ni par un Atelier. L’impétrant devra obligatoirement fournir un morceau d'architecture sur un sujet qui lui sera imposé et qui devra être une sorte de thèse, sur un thème historique, symbolique, philosophique, littéraire ou scientifique. Le travail du candidat au 33ème degré sera lu par 3 membres au moins du Souverain Sanctuaire National.


Grands Conseils
Les Grands Conseils des Sublimes Maîtres du Grand Œuvre, sont divisés en deux classes : Grands Consistoires du 34ème au 71ème degré. Grands Conseils du 72ème au 90ème degré. Ils sont sous la juridiction immédiate du Souverain Sanctuaire National établi ou sous les auspices du Souverain Sanctuaire International dans les pays qui ne disposent pas de Souverain Sanctuaire. Les Grands Conseils sont régis par des règlements particuliers. Les élévations aux grades du 34ème au 90ème degré se font par appel du Souverain Sanctuaire National. Les degrés conférés par les Grands Conseils sont les suivants :


•    35ème degré Sublime Commandeur du Temple •    36ème degré Sublime Négociate •    37ème degré Chevalier de Shota (Adepte de la Vérité) •    38ème degré Sublime Élu de la Vérité •    39ème degré Grand Élu des Eons •    40ème degré Sage Sivaïste (Sage Parfait) •    41ème degré Chevalier de 1'Arc-en-Ciel •    42ème degré Prince de la Lumière
•    43ème degré Sublime Sage Hermétique •    44ème degré Prince du Zodiaque •    45ème degré Sublime Sage des Mystères •    46ème degré Sublime Pasteur des Huts •    47ème degré Chevalier des Sept Étoiles •    48ème degré Sublime Gardien du Mont Sacré •    49ème degré Sublime Sage des Pyramides •    50ème degré Sublime Philosophe de Samothrace •    51ème degré Sublime Titan du Caucase •    52ème degré Sage du Labyrinthe •    53ème degré Chevalier du Phœnix •    54ème degré Sublime Scalde •    55ème degré Sublime Docteur Orphique •    56ème degré Pontife de Cadmée •    57ème degré Sublime Mage •    58ème degré Prince Brahmine •    59ème degré Grand Pontife d'Ogygie •    60ème degré Sublime Gardien des Trois Feux •    61ème degré Sublime Philosophe Inconnu •    62ème degré Sublime Sage d'Éleusis •    63ème degré Sublime Kawi •    64ème degré Sage de Mithras •    65ème degré Patriarche Grand Installateur •    66ème degré Patriarche Grand Consécrateur •    67ème degré Patriarche Grand Eulogiste •    68ème degré Patriarche de la Vérité •    69ème degré Chevalier du Rameau d'Or d'Éleusis •    70ème degré Patriarche des Planisphères •    71ème degré Patriarche des Védas Sacrés •    72ème degré Sublime Maître de la Sagesse •    73ème degré Docteur du Feu Sacré •    74ème degré Sublime Maître du Sloka •    75ème degré Chevalier de la Chaîne Libyque •    76ème degré Patriarche d'Isis •    77ème degré Sublime Chevalier Théosophe •    78ème degré Grand Pontife de la Thébaïde •    79ème degré Chevalier du Sadah Redoutable •    80ème degré Sublime Élu du Sanctuaire •    81ème degré Patriarche de Memphis •    82ème degré Grand Élu du Temple de Midgard. •    83ème degré Sublime Chevalier de la Vallée d'Oddy •    84ème degré Docteur des Izeds •    85ème degré Sublime Maître de l'Anneau Lumineux •    86ème degré Pontife de Sérapis •    87ème degré Sublime Prince de la Maçonnerie •    88ème degré Grand Élu de la Cour Sacrée •    89ème degré Patriarche de la Cité Mystique •    90ème degré Patriarche Sublime Maître du Grand Œuvre.


L’Assemblée principale des Grands Conseils siège au moment ou avant l'entrée du Soleil dans le Bélier, le 21 mars, quand a lieu la fête de l'équinoxe du Printemps en l’honneur du renouvellement de la Nature. Une Assemblée peut également avoir lieu au moment ou un peu avant l'entrée du Soleil dans la Balance, vers le 23 septembre. Chaque Grand Conseil est placé sous la direction d'un Sublime Dai, représentant Osiris, d'un Premier Mystagogue, représentant Sérapis et d'un Second Mystagogue représentant Horus.


Le 20ème degré, Chevalier du Temple, le 28ème degré, Chevalier du Soleil et le 66ème degré, Patriarche Grand Consécrateur, méritent une mention, particulière. En effet, les maçons du Rite peuvent les recevoir, soit par communication au cours de leurs parcours initiatiques, soit par initiation sur décision du Souverain Sanctuaire. Les titulaires de ces grades par initiation sont liés par des serments particuliers.
Le Souverain Grand Maître Mondial initie lui-même les Maçons élevés aux degrés mystiques du 66ème au 90ème degré. Il peut accorder des dispenses à tous Maçons méritants cet honneur. Seul le Souverain Grand Maître Mondial peut donner l'instruction secrète des 87émé - 88ème - 89ème - 90ème degré « Arcana Arcanorum ». Le Souverain Grand Maître Mondial peut déléguer le pouvoir de l'article N° 41, aux Souverains Grands Maîtres Nationaux ou à un Grand Conservateur du Rite. Ces délégations se font par écrit. Le Souverain Grand Maître Mondial possède la seule autorité pour conférer les degrés officiels du Rite, qui sont :


•    91ème degré, Sub\Patriarche Grand Défenseur du Rite ; •    92ème degré, Sublime Catéchiste ; •    93ème degré, Grand Inspecteur Régulateur Général ; •    94ème degré, Sublime Patriarche Prince de Memphis ;
• 95ème degré, Patriarche Grand Conservateur de l'Ordre. (Membre du Souverain Sanctuaire).


Il reste, le Haut de notre Pyramide. Les degrés dits :
Officiels. Ils donnent à certains (Sœurs et Frères) des responsabilités et surtout des charges de travail, quelquefois très lourdes.


• • • •
96ème degré, des Grands Maîtres Nationaux Adjoints. 97ème degré, des Grands Maîtres Nationaux. 98ème degré, du Substitut Grand Maître Mondial. 99ème degré, Apanage du Grand Maître Mondial, Président du Souverain Sanctuaire International.


LE RITE YORK


Le rite York, ou plus exactement le rite américain, est basé sur les plus anciennes traditions de la maçonnerie opérative, telles qu’elles paraissaient encore en vigueur au début des années 1700. Les constitutions de la 1ère Grande Loge d’Angleterre en 1717 et plus particulièrement celles de 1738, spécifiaient que les Loges ne pouvaient conférer que les degrés d’Apprenti Entré, de Compagnon du métier, et de Maître Maçon, tous les autres degrés étant considérés comme douteux. De nombreuses Loges cependant s’étaient mises à conférer d’autres degrés qu’elles considéraient comme partie intégrante de la Maçonnerie, en particulier l’Arche Royale ; elles formèrent donc leur propre Grande Loge en 1751, s’intitulant elles-mêmes les « Ancients », et affublant les membres de l’autre Grande Loge du qualificatif de « Modernes ». Avec la convergence des deux Grandes Loges en 1813 au sein de la Grande Loge Unie d’Angleterre, les Loges acceptèrent que seuls les trois premiers degrés acceptés de la Maçonnerie soient en usage au sein des Loges, celui de l’Arche Royale se rattachant alors à des Chapitres souchés directement sur ces Loges, et portant le même numéro d’ordre qu’elles, bien que constituant une entité séparée.
Ainsi, à la différence du rite Ecossais Ancien et Accepté qui revendiquait de détenir le pouvoir de conférer les trois premiers degrés de la Maçonnerie, en plus de ceux placés sous sa juridiction, les degrés complémentaires que l’on trouve autour du rite York ont légalement accepté le fait d’être considérés comme « Associés » à ceux de l’ancienne Maçonnerie de métier.
Il est encore de tradition dans la Maçonnerie anglaise, qu’un Maçon ne soit pas considéré comme étant en possession de tous les degrés de l’ancienne Maçonnerie de métier, tant qu’il n’aura pas été exalté à l’Arche Royale.Les premières Loges américaines opérèrent de manière semblable jusqu’à l’instauration du Grand Chapitre Général des Maçons de l’Arche Royale. De même , pendant une certaine période l’histoire des Etats-Unis, les degrés «Cryptiques» furent contrôlés par différentes juridictions de Grands Chapitres, jusqu’à l’instauration du Grand Conseil Général. Les Ordres chevaleresques ont été contrôlés par le Grand Campement à partir du début du 19ème siècle aux Etats-Unis. Tous ces trois corps sont des entités maçonniques techniquement autonomes, et seule la nécessité d’être membre de l’Arche Royale est commune aux degrés cryptiques et aux Ordres de chevalerie. Divers corps maçonniques supplémentaires gravitent autour du rite York, la plupart d’entre eux étant naturellement « sur invitation ». Pour devenir membre de la plupart d’entre eux, il faut préalablement être membre de l’Arche Royale, alors que certains autres conditionnent la qualité de membre à l’appartenance à d’autres corps du rite York, ou encore d’être membre de toutes les entités maçonniques du rite York. On peut en trouver un grand nombre sous d’autres juridictions en dehors des Etats-Unis, mais plusieurs sont purement américains de par leurs origines.


Loges Bleues


1. Apprenti 2. Compagnon 3. Maître maçon
Les degrés capitulaires Grand Chapitre Général
Les degrés capitulaires sont un ensemble de quatre degrés contrôlés par le Chapitre de l’Arche Royale. Ils ont pour thème central les différentes phases de la construction du Temple du Roi Salomon, à l’exception du degré de Passé Maître, d’où leur appellation de capitulaires. Le degré de Passé Maître est en revanche un vestige de l’usage ancien selon lequel le degré de l’Arche Royale ne pouvait être conféré qu’à des Passé Maîtres des Loges symboliques. Aux Etats-Unis, ce degré est considéré comme faisant partie de l’Arche Royale, alors qu’en Angleterre, on ne trouvera pas ce degré de Passé Maître, et que celui de Maître de Marque est sous le contrôle de sa propre Grande Loge de tutelle. Celui de Très Excellent Maître fait également
partie des degrés cryptiques en Angleterre. Comme évoqué plus haut, l’Arche Royale en Angleterre, est pratiquée dans des Chapitres souchés sur les Loges bleues anglaises. Si les Chapitres d’Arche Royale ont parfois été occasionnellement nommés Loges Rouges dans d’anciennes publications maçonniques, il serait certainement plus à propos de les décrire comme étant les « degrés rouges ». Aux Etats-Unis, toutes les affaires du Chapitre sont traitées au degré de l’Arche Royale, les autres degrés étant ouvert seulement pour en conférer les degrés.
Certaines juridictions ouvrent des Loges de Maîtres de Marque en tant que « Loges de table » qui agissent pour montrer l’action sociale des corps du rite York.


Maître de Marque
Ce degré met en relief les leçons de la régularité, de la discipline et de l’intégrité. Il s’agit d’un degré très impressionnant centré sur l’histoire du compagnonnage dans les carrières, et son rôle dans l’édification du Temple. On peut juger de son importance en Maçonnerie Anglaise par le fait qu’il fonctionne au sein d’une Grande Loge distincte, et est hautement recherché par les Maçons de cette juridiction.


Passé Maître (Virtuel)
Ce degré met en exergue la leçon de l’harmonie. Ce degré est conféré parce que l’ancien usage voulait qu’un Maçon fut passé dans la chaire d’une Loge symbolique avant de pouvoir être exalté à l’Arche Royale. Dans certaines grandes juridictions, ce degré est conféré en conseil de Maîtres installés d’une Loge bleue. Ce degré ne confère plus actuellement ce rang au récipiendaire, mais est travaillé pour maintenir les anciens usages.


Très Excellent Maître
Ce degré s’appuie sur le respect de la religion. Il est construit autour du thème de la dédicace du Temple après son achèvement, et en particulier la consécration du Saint des Saints avec la descente de l’esprit de Dieu dans le Temple. Il est complémentaire au degré de Maître Maçon de Marque et complète les leçons symboliques introduites à ce degré.


Arche Royale
Le complément du degré de Maître Maçon et le sommet des degrés d’origine de la Loge bleue, tels que pratiqués par les Loges des Ancients en Angleterre avant 1820. Ce degré explique les origines du mot substitué trouvé au degré de Maître Maçon, la redécouverte du Nom Ineffable et sa dissimulation dans le Grand Mot de l’Arche Royale. Ce degré ainsi que celui de Maître Maçon a pu être mis en évidence comme ne constituant qu’un seul grand ou «super» degré, celui de Maître Maçon expliquant la perte du mot de Maître, celui de l’Arche Royale expliquant la redécouverte de ce mot de Maître.
Le corps qui officie s’appelle un Chapitre, et l’Officier qui le préside est le Grand Prêtre (appelé Excellent).


Les Degrés Cryptiques Grand Conseil Général
Les degrés cryptiques sont constitués d’un ensemble de trois degrés contrôlés par un Conseil de Maîtres Choisis. Ces degrés tirent leur origine d’une voûte cachée ou secrète présente à ces degrés, d’où le terme de cryptique. Seuls les deux premiers
degrés sont régulièrement travaillés, le troisième, celui de Super Excellent Maître, est conféré comme degré honoraire, et n’est pas d’ailleurs exigé pour être un membre du Conseil. Il y a également quelque chose de particulier dans l’association des degrés cryptiques, plus proches par le thème sous-jacent et la nature du rituel de l’Arche royale et de ceux de l'Ordre Illustre de la Croix Rouge. Globalement, l'histoire de ces degrés est également entourée d'incertitude et de polémique. Bien qu'à l’évidence il y eut très tôt des Conseils de Maîtres Royaux et Choisis en fonctionnement aux Etats- Unis, ces degrés ont été travaillé différemment, parfois au sein de leurs propres conseils, parfois dans des chapitres d’arche royale, et parfois même dans les loges de perfection du Rite Ecossais Ancien et Accepté. Bien que le Rite Ecossais ait depuis longtemps abandonné toute prétention sur ces degrés, plusieurs Grandes Juridictions (Virginie et Virginie Occidentale) les confèrent encore en temps que parties de la maçonnerie capitulaire.
En Angleterre, le degré de Très Excellent Maître est regroupé dans cet Ordre. Aux Etats-Unis, tous les travaux sont exécutés en Conseil de Maîtres Choisis, les deux autres degrés n’étant ouverts que pour les conférer à des candidats. Certaines juridictions tiennent des « Conseils de table » semblables aux Loges de table, et qui servent à attirer l’attention sur l’activité de leurs corps York locaux.


Maître Royal
Ce degré met en exergue la patience et la force morale. Il concentre l’attention sur les Compagnons Maçons qui furent les artisans de la fabrication des décors et du mobilier du Temple. Ce qui est inhabituel dans ce degré, est que la première partie dépeint des événements qui prennent place avant la mort du Grand Maître Hiram Abi, et la dernière partie d’autres événements survenant après celle-ci.


Maître Choisi
Ce degré donne une leçon de dévotion et de zèle. Ce degré est basé sur la construction et l’arrangement d’une voûte secrète à proximité du Saint des Saints du Temple, et du dépôt des secrets par les trois anciens Grands Maîtres de l’Ordre, permettant la poursuite du métier.
Ce degré crée un lien entre les événements entourant la dissimulation et la perte du Mot Ineffable, et ceux conduisant à la redécouverte du Mot au degré de l’Arche Royale. Le lieu où se situe l’action se nomme un Conseil, et l’officier qui le dirige est appelé Maître (avec le titre d’Illustre).


Super Excellent Maître
Ce degré met en valeur les qualités de loyauté et de fidélité. Les événements qui en sont le substrat sont ceux conduisant à la destruction de Jérusalem et du Temple par les Chaldéens. CE degré est raconté au moyen de courts extraits de la prophétie biblique qui annonce la fin du premier Temple et la construction du second Temple. Il est remarquable par sa représentation de la Cour juive de Sedecias, et celle, chaldéenne, de Nabuchodonosor.
Ce degré est considéré comme honoraire, et pour être membre du Conseil, il n’est point nécessaire de l’avoir reçu pour y prendre un poste d’Officier.
Les Ordres Chevaleresques Grand Campement des Chevaliers du Temple des USA
Les Ordres de Chevalerie sont un ensemble de trois Ordres culminant avec le grade de Chevalier du Temple, et contrôlés par ce dernier. Ce corps maçonnique est nettement différent des organisations étrangères homologues, car il présente une structure paramilitaire et des perspectives sur une forme de maçonnerie qui est la seule dans le monde à être un Ordre en uniforme. La condition d’admission étant que ses membres professent la Foi chrétienne, a conduit à des appels à condamnation émanant d'autres corps et organismes maçonniques tant à l'intérieur qu’en dehors des Etats-Unis, arguant que ce corps était davantage une organisation chrétienne qu'un corps maçonnique.
Ceci n’eut toutefois que peu d’effet dans la mesure où beaucoup de ces organismes maçonniques ayant critiqué l’Ordre disposaient de degrés similaires en leur sein. L’Ordre américain est toutefois structuré différemment de son proche cousin anglais. L’Ordre américain comprend l’Ordre Illustre de la Croix Rouge, qui n’est conféré par aucun autre organisme, bien qu’il existe de très proches cousins dans l’Ordre irlandais et Américain des Chevaliers Maçons, ainsi que le grade de Croix Rouge de Babylone au sein des Grades Maçonniques Alliés anglais. DE plus, aux Etats-Unis, l’Ordre de Malte est conféré aux membres avant que ceux-ci ne soient reçus à l’Ordre du Temple, alors qu’en Angleterre, l’Ordre de Malte est un grade honoraire décerné aux Chevaliers du Temple. Aux Etats-Unis, tous les travaux se déroulent au degré du Temple, les autres n’étant ouverts que pour en conférer les degrés. En Angleterre, l’Ordre de Malte se réunit et travaille comme un corps distinct de celui de Chevalier du Temple.


L’Ordre Illustre de la Croix Rouge
Cet Ordre met en exergue la notion de Vérité. Des éléments de cet Ordre furent pratiqués dans certaines Loges des Ancients, avant que la forme définitive du degré de Maître Maçon ne devienne la règle. Il est encore pratiqué en tant que cérémonie complète par les Chevaliers Maçons d’Irlande et les Chevaliers Maçons des Etats- Unis, et sous l’appellation de Croix Rouge de Babylone au sein de l’Ordre anglais des Degrés Maçonniques Alliés.


L’Ordre de Malte
Cet Ordre est basé sur la notion de Foi. Il requiert du candidat de professer et de pratiquer la religion chrétienne. Le degré de passage de « Passe de la Méditerranée ou de Chevalier de Saint-Paul » prépare le candidat à cet Ordre à la notion d’exemplarité du martyr sans peur et empli de la Foi du Christianisme.
La cérémonie représente des éléments allégoriques propres aux Chevaliers de Malte, héritiers des Chevaliers Hospitaliers du Moyen-Age.


L’Ordre du Temple
Cet Ordre enseigne des leçons d’auto sacrifice et de respect de la religion. Il est censé rallumer l'esprit de la dévotion templière et du dévouement des chevaliers médiévaux au christianisme. L’histoire de l’Ordre maçonnique est longue et compliquée, et les rituels diffèrent entre celui pratiqué en Angleterre, et celui des Etats-Unis. Celui pratiqué aux Etats-Unis manifeste un zèle militant assez faible en matière de christianisme, alors que le rituel anglais est plus allégorique.
Le rituel américain est toutefois plus impressionnant, avec davantage d’insistance en solennité et respect vis à vis de la crucifixion, de la résurrection et de l’ascension du Christ. Le corps travaillant ce degré s’appelle une Commanderie, et l’Officier qui le préside est Commandeur (appelé Eminent).


LE RITE SUEDOIS


Le Rite Suédois est un mélange du rite d’York, des hauts-grades du rite Français et un prolongement de la Stricte Observance. La première loge régulière a été consacrée en 1735 à Stockholm par le comte Axel Wrede-Sparre.
Dés 1756 on fonde la première loge de St André, d’esprit comparable au grade d’Ecossais Vert de la Stricte Observance. En 1760, fondation de la Grande Loge de Suède. Le rite suédois est réservé aux chrétiens et est sous la protection directe des souverains du pays.
Il comporte 11 grades en Loges de St Jean, Loges de St André, Chapitre de l’Ordre Intérieur et Sanhédrin, selon la progression suivante :
Loge de St Jean
Apprenti de St Jean Compagnon de St Jean Maître de St Jean
Loge de St André
Apprenti de St André Compagnon de St André Maître de St André
Chapitre de l’Ordre Intérieur
Frère Très Eclairé et Compagnon de Salomon Frère Illuminé et Compagnon de St Jean Frère Très Illuminé et Confident de St André Sanhédrin Procurator Salmonis
En 1811, le Roi Karl a créé L’Ordre Royal de Charles XIII, distinction nobiliaire uniquement conférée par le Roi et réservée à 33 francs-maçons possédant le 11ème degré. Bien que cela ne soit pas un degré purement maçonnique, il est considéré comme le plus haut grade de la Maçonnerie suédoise.
Le rite Suédois est présent en Suède, au Danemark, en Norvège et en Allemagne.


LE RITE DE SCHROEDER


Frédéric-Louis Schroeder (1744-1816), directeur du Théâtre Municipal de Hambourg et Grand Maître de la Grande Loge de Hambourg, passa près de vingt ans à la mise en forme définitive du Rite qui porte son nom. Allergique à l'aspect chevaleresque qui caractérise la symbolique de la plupart des Hauts Grades, il réforma les cérémonies de son Obédience dans le sens d'une plus grande simplicité, en remettant en vigueur l'usage du Rite anglais ancien et en ne prenant en considération que les trois premiers grades. Le Système de Schroeder était le plus démocratique de tous les Rites pratiqués en Allemagne avant la deuxième Guerre mondiale, ce qui fit son succès. Actuellement, il est pratiqué par la Grande Loge des Anciens Maçons Libres et Acceptés d'Allemagne, par la Grande Loge d'Autriche et par quelques Loges de la Grande Loge Suisse Alpina, ces dernières y ayant toutefois apporté quelques modifications mineures.


LE RITE OPERATIF DE SALOMON


créé en 1971 par neuf maçons du Grand Orient de France. Rite traditionnel et opératif divisé en 9 degrés, un Suprême Conseil administrant les degrés du 4ème au 9ème degré.


Ordre Ouvrier des Bâtisseurs du Temple
Apprenti Compagnon Maître Maître Secret Maître Maçon de Marque
Ordre Chevaleresque du Temple
Chevalier de l’Arche Royale Chevalier Rose-Croix
Ordre Intérieur du Temple
Gardien du Saint Temple Maître du Nom Ineffable


Le 20 janvier 1974 , pour une meilleure pratique du rite ces maçons quittent le GODF et créent l’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal(OITAR), qui se définit comme une Fraternité de Maçons libres et de loges Souveraines. La pratique du rite, du 1er au 9ème degré, s’appuie sur un ensemble de textes composant le Régulateur Général et explicitant un certain nombre de ses aspects. La symbolique tourne autour du métier de la construction dans une option nettement libérale et égalitaire.


LE RITE ECOSSAIS PRIMITIF


Le Rite Écossais Primitif ou «Early Grand Scottish Rite» tient une place particulière au sein de la Franc-Maçonnerie. Il fut introduit en France à Saint-Germain-en-Laye dès 1688 par les Loges militaires des régiments écossais et irlandais ayant suivi le Roi Jacques II Stuart en exil.
Ces Loges essaimèrent suffisamment pour constituer en 1725 l' «Ancienne et Très Honorable Société des Francs-Maçons dans le Royaume de France».
Les Rituels des anciennes Loges militaires furent apportés à Marseille en 1751 par Georges de Wallnon (ou de Waldon) qui constituera la Loge Saint-Jean d'Écosse devenue ultérieurement la Mère-Loge de Marseille.
C'est de cette filiation qu'est né l'actuel Rite Écossais Primitif, réveillé en 1985 à l'initiative de son ancien Grand-Maître Robert Ambelain.
La devise du Rite Écossais Primitif est «Primigenius more majorem», allusion à l'ancienneté de celui-ci.
La Rituelie du Rite Écossais Primitif est sobre et épurée. Elle a fortement inspiré celle du Rite Écossais Rectifié.


Les Grades
Le Rite Écossais Primitif comprend cinq grades auxquels s'ajoutent les deux degrés de l'Ordre Intérieur.
Loges bleues
I. Apprenti II. Compagnon III. Maître (anciennement «Compagnon Confirmé»)
Loges rouges
IV. Maître Installé (ou encore Maître de Saint Jean ou Maître de Loge) V. Maître Écossais Chevalier de Saint-André (= 18° du R.E.A.A.)
Ordre Intérieur
VI. Écuyer Novice du Temple (= 30° du R.E.A.A.) VII. Chevalier du Temple (= 33° du R.E.A.A.)


LA STRICTE OBSERVANCE CONTEMPORAINE
La Stricte Observance ne cessa jamais d’exister sous sa forme particulière, bien qu’« occultée », dans certains pays germaniques et du nord de l’Europe ; sa survivance explique son influence sur les systèmes maçonniques « templiers » actuels. De plus, la transmission individuelle de la qualité de « Chevalier du Temple » a permis que la filiation authentique soit toujours assurée, témoignant ainsi de l’intégralité du message dans la fidélité à la sainte religion chrétienne.
Plusieurs hauts dignitaires réguliers du Régime Ecossais Rectifié, ayant senti le besoin pressant de revenir aux sources de la chevalerie templière, eurent le privilège d’être reçus Chevaliers du Temple et Clercs de la Stricte Observance par un éminent dignitaire de l’Ordre en Europe Centrale, désigné sous son nom d’Eques Professus ab Hieracio. Cette filiation, qui conférait la transmission de l’intégralité du message templier, eut un caractère exceptionnel et permit ainsi la revivification de l’Ordre dans notre pays.
La IIIe Province templière, dite d’Occitanie fut restaurée le 11 novembre 1995 au cours d’une cérémonie qui reprenait les fastes de la Maçonnerie templière à ses débuts ; ce même jour, le Grand Prieur de l’Ordre devait installer le Grand Maître Provincial et ses Officiers dans la plus pure tradition templière de la Stricte Observance.
L’organisme directeur de la Province est donc le Grand Chapitre Provincial d’Occitanie qui se réunit au moins quatre fois par an. Présidé par le Grand Maître Provincial, il comprend, en tout, neuf Grands Dignitaires, tous Chevaliers Profès, et délivre les grades chevaleresques ; il est amené à se prononcer sur toute décision intéressant le gouvernement et l’avenir de l’Ordre.
Les grades symboliques (ou allégoriques) sont délivrés par la Grande Loge Ecossaise, qui n’est qu’une émanation du Grand Chapitre Provincial et gère plusieurs loges en France, d'autres étant en cours de constitution (Foulques de Matas, Jacques de Molay, Stella Rosaque, Saint-Martial, Charles de Hund aux Trois Colonnes, La Rose du Temple, Saint-Jacques aux Trois Coquilles... pour ne citer que les premières créées). Ces grades correspondent à ceux de la Franc- Maçonnerie traditionnelle :

Apprenti Compagnon Maître
Le Grand Chapitre Provincial est seul habilité à délivrer les grades suivants de l’Ordre Intérieur :
Maître Ecossais (ou Ecossais Vert) Chevalier de l’Epée ou de l’Orient Chevalier de l’Aigle Prince Souverain de Rose-Croix Novice séculier Chevalier du Temple Chevalier Profès (qui n’est pas un grade mais une dignité)
Les grades additionnels sont délivrés par le Grand Chapitre Provincial et par les Préfectures : il s’agit des grades de Chevalier de l’Epée ou de l’Orient et de Chevalier de l’Aigle Prince Souverain de Rose-Croix qui ne peuvent être conférés qu’à des Maîtres Ecossais et précèdent le Noviciat séculier. Ils furent pratiqués, en France, entre 1773 et 1776, et incorporés au système de la Stricte Observance pour répondre aux désirs des Frères français ; mais, faisant concurrence aux grades similaires alors existants, ils furent rapidement abandonnés. Ils ont été réincorporés par la Stricte Observance contemporaine pour assurer une transition entre le grade de Maître Ecossais, qui relève, sur le plan rituel, de la Maçonnerie symbolique, et la branche proprement chevaleresque et templière dont le Noviciat séculier est le grade probatoire.
Le Grand Chapitre Provincial travaille, par ailleurs, les grades du Chapitre de Clermont (1730-1764) dont les deux premiers, et surtout le Chevalier Sublime de Dieu et de son Temple, paraissent avoir inspiré fortement le baron de Hund et ses associés. Le rite se compose de trois grades :


Maître Ecossais de Saint-André du Chardon
Chevalier Sublime de Dieu et de son Temple
Prince Adepte Grand Rose-Croix
Ces grades ne sont délivrés qu’aux membres de l’Ordre ayant atteint au moins le grade de Maître Ecossais ou Ecossais Vert.
Quant à l’Ordre Sublime des Chevaliers Elus (1750), dans sa forme templière, il est également travaillé occasionnellement par le Grand Chapitre. Sur le plan historique, par suite de son antériorité, certains auteurs affirment qu’il put influencer les « inventeurs » de la Stricte Observance par la légende néo-templière développée dans le catéchisme et son rattachement déclaré à l’Ordre du Temple.
Le Grand Chapitre Clérical est présidé par le Grand Prieur. Il délivre les grades du Cléricat ou Très Saint Ordre, à savoir : Postulance, Noviciat clérical et Canonicat, qui sont des grades sacerdotaux fortement inspirés par la liturgie et le sacerdoce catholiques dans leur forme rituelle.
Le Chapelinat (encore appelé Capellanatus au XVIIIe siècle), correspondant à la dignité de Vidame d’une Chapellenie templière, est conférée rituellement à ceux qui en sont investis.
Les Grands Prêtres des Templiers (Magni Sacerdotes Templariorum), Supérieurs Inconnus de l’Ordre ou Frères de la Suprême Initiation, de la branche secrète de l’Ordre du Temple, sont réunis en un Conclave ou Haut Chapitre Clérical ; ils sont cooptés au sein du dernier degré du Cléricat et sont les gardiens de la stricte observance de la Règle.


LE RITE STANDARD D’ECOSSE


Pratiqué en France, c’est un rite basé sur l’oralité qui vient directement d’Ecosse, berceau de la Maçonnerie opérative. Il exclut toute référence alchimique, kabbalistique et chevaleresque. Il se rattache au rite pratiquée par la célèbre Kilwining Lodge n°0, la première de toutes les loges maçonniques.
Pour la petite histoire, les frères de ce rite portent leurs tabliers sous leurs vestes.Signe particulier, le « Due Gard » différent pour chacun des trois premiers grades(voir ci-joint le « Due Gard » de l’Apprenti.)


L’Arche Royale Ecossaise :
Autour du degré d’Arche – car il s’agit bien d’un degré succédant à ceux du craft et n’a jamais été autre chose – chaque degré relevant justement du Grand Chapitre d’Ecosse apporte une somme de « détails » et de circonstances éclairantes :
␣ Le Maître Maçon de Marque est traditionnellement le degré qui amorce l’achèvement du Temple et de la Voûte sacrée. Il permet d’élargir la morale du Compagnon Maçon du particulier au général, de l’homme social au mystique, de la pierre à l’édifice tout entier ;
␣ L’Excellent Maître explique mieux qu’un discours laborieux pourquoi et comment les Maçons de Babylone deviennent des Séjournants à Jérusalem ;
␣ Le Nautonier donne la clef de cette alliance sacrée forgée entre le Très-Haut et ses sujets, ainsi qu’un sens précis à ce contrat tant de fois évoqué dans le rituel d’Arche ;
␣ Les trois degrés de la passe de Babylone délivrent une leçon d’entropie spirituelle autant que d’histoire biblique, qui donne au degré d’Arche sa dimension la plus sacrée, au travers d’une chevalerie livrant des combats qui ne versent pas de sang mais glorifient la foi et l’esprit ;
␣ Le Maître Royal explique pourquoi et comment Hiram Abi ne transmit jamais les secrets de son vivant, éclairant ainsi la découverte fabuleuse de la Voûte secrète ;
␣ Le Maître Choisi, complétant une approche de celle d’Hiram Abi, nous fait presque entrer dans l’intimité des deux autres Grands Maîtres tant évoqués à l’Arche sans autre précision ;
␣ Le Super Excellent Maître, ou Excellentissime Maître, décrit enfin la destruction du premier Temple, sans laquelle sa reconstruction, représentée lors de l’exaltation, n’a tout simplement pas de sens.
Notons toutefois que la transmission écossaise ne contient pas le Très Excellent Maître connu du Rite d’York, impliquant dans ce dernier cas une représentation
physique de l’Arche d’Alliance que l’Ecosse se plaît à éviter en dehors du degré Maître Choisi. A ce qui précède il faut ajouter les degrés de chaire, au nombre de sept, qui appuient le caractère éminemment sacerdotal, et même religieux - pris dans le sens non dogmatique, du service de la Maçonnerie de l’Arche Royale.


LES ALLIED MASONIC DEGREES


Il s’agit d’un Ordre maçonnique dédié à la préservation et à l’exemplarité de degrés maçonniques parallèles de haute antiquité. Dans certaines juridictions, les Conseils d’AMD sont limités à la présentation de planches tracées. Pour en devenir membre, il est nécessaire de faire partie de l’Arche Royale, et le nombre est limité à 27 membres par Conseil. L’Officier qui préside est nommé Souverain Maître (avec le titre de Vénérable).
Les Conseils européens d’AMD ouvrent et travaillent à l’Ordre de Saint Laurent le Martyr. En plus du Conseil des AMD, il existe deux corps subordonnés rattachés au Conseil, lesquels travaillent en tant que corps distincts en dehors des Etats-Unis.
On peut trouver ci-après la séquence de ces degrés :
␣ Ordre de Saint-Laurent le Martyr ␣ Chevalier de Constantinople ␣ Grand Tuileur de Salomon ␣ Excellent Maître
␣ Maître de Tyr ␣ Architecte ␣ Grand Architecte ␣ Superintendant ␣ Ancien Ordre du Bouchon de Liège ␣ Branche Rouge d’Eri et Ordres Associés (cf ci-dessous) ␣ Nautonier de l’Arc Royal (sous forme de Loge distincte en dehors des Etats-Unis) ␣ Ordre du Moniteur Secret (sous forme de Conclave distinct en dehors des USA)
cf ci-dessous ␣ Souverain Maître Installé (Degré de chaire des AMD) ␣ Maître Installé (Degré de chaire de l’Ordre de St Laurent le Martyr) ␣ Commandeur Noé Installé (Degré de chaire de nautonier de l’Arc Royal) ␣ Suprême Souverain Installé (Degré de chaire de l’Ordre du Moniteur Secret)
L’Ordre de la Branche Rouge d’Érin
␣ Sergent d’Armes ␣ Ecuyer ␣ Chevalier
Tout grade contrôlé par le Grand Conseil ne peut être conféré qu’à des Maçons de la Sainte Arche Royale, Princes de l’Ordre du Moniteur Secret depuis au moins douze mois. Nul Conseil ne peut conférer à un Frère l’ensemble des Grades qu’il est habilité à conférer en moins de vingt-quatre mois.
L’Ordre du Moniteur Secret
L’Ordre du Moniteur Secret, également intitulé Fraternité de David et Jonathan, gouverné en France par le Grand Conclave de l’Ordre du Moniteur Secret ou Fraternité de David et Jonathan pour la France, est l’un des Ordres visés à l’Article Deux des Statuts de l'Association Grande Loge des Maîtres Maçons de Marque de France, déclarée le 24 janvier 1997 sous le numéro 3/26513, conformément à la Loi du l er juillet 1901
Les grades de l’Ordre conférés par les Conclaves sous le Grand Conclave, sont ceux de :
␣ Moniteur Secret ␣ Prince de l’Ordre ␣ Suprême Gouverneur de l’Ordre
Le grade de Moniteur Secret ne peut être conféré qu’à un Maître Maçon de Marque avancé depuis au moins douze mois.


LA SRIA
La Societas Rosicruciana In Anglia est une organisation chrétienne fondée en 1865 et indépendante de toute structure maçonnique. Tous ces membres sont néanmoins Maîtres Maçons actifs dans leurs loges symboliques. Les degrés conférés par cet organisation ne sont pas considérés comme des degrés « supérieurs » mais plutôt comme un complément à la Maîtrise. Elle utilise le symbolisme et les Traditions d'une société beaucoup plus ancienne connue sous le nom de Fraternité de la Rose+Croix, se réclamant de son fondateur légendaire : Christian Rosenkreutz. La SRIA a essaimé en Écosse, aux États Unis, en France ainsi que dans d'autres pays d'Europe. La SRIA est organisée en 9 degrés, chacun possédant un rituel spécifique. La finalité étant d'apporter à ses membres une ouverture d'esprit supplémentaire sur la Vraie Nature des choses et une compréhension du Monde dans lequel ils évoluent. Les membres de la SRIA se regroupent en Collèges. L'admission à la SRIA est limitée aux Maîtres Maçons qui sont membres d'une obédience régulière, qui sont de foi Chrétienne et qui croient en la Sainte Trinité. Les degrés sont répartis en 3 Ordres :


Premier Ordre
I°    - Zelator II° - Theoricus III° - Practicus IV° - Philosophus V° - Adeptus Minor


Deuxième Ordre
VI° - Adeptus Major VII° - Adeptus Exemptus


Troisième Ordre
VIII° - Magister IX°    - Magus


L’ORDRE ROYAL D’ECOSSE


L’Ordre Royal d’Écosse est composé de deux degrés qui sont :
␣ Hérédom de Kilwinning ␣ Chevalier Rose+Croix.
Le mot Hérédom dérive du mot hébreu Harodim, signifiant "les règles" et du nom de Kilwinning qui se rapporte au rétablissement de l'ordre par le Roi Robert Bruce à Kilwinning, où il a présidé en tant que premier Grand Maître de l’Ordre. Le degré de Hérédom de Kilwinning est en particulier intéressant puisqu’il traite de l’enseignement et du symbolisme des trois premiers degrés de la Maçonnerie de Saint Jean (Loges Bleues).
La Tradition veut que le degré de Chevalier Rose+Croix ait été institué par Robert Bruce sur le champ de bataille de Bannockburn le jour de la Saint Jean d’été 1314 au moment des combats pour l’indépendance de l’Écosse. Un corps composé de Francs-Maçons lui serait, en ce moment délicat, venu en aide. Pour les remercier de leurs services, il les aurait élevés au rang de chevaliers.
Le Degré de Rose+Croix, comme son nom l’indique, traite plus des thèmes du degré de Rose+Croix du Rite Écossais Ancien et Accepté que ceux de la Maçonnerie symbolique. Le degré de Chevalier Rose+Croix ne peut être conféré que dans la Grande Loge de l’Ordre Royal dont le siège est à Édimbourg, ou par autorisation spéciale accordée à un Grand Maître provincial ou à son député. Cette autorisation est nominative et intransmissible.
La constitution de l'ordre royal décrète que le Roi d’Écosse est le Grand Maître héréditaire de l’Ordre. A chaque réunion ou tenue de l’Ordre, en quelque lieu que ce soit, un siège ou un trône vide doit être placé à la droite de l'officier qui préside. En l'absence d'un monarque Écossais régnant, le chef temporaire de l'ordre est le Député Grand Maître. Il semble s'être épanoui en France de 1735 à 1740 où ses membres étaient les réfugiés Jacobite (les partisans du Roi d’Écosse Jacques II en exil à Saint Germain en Laye). Ils ont sans doute pratiqué ces degrés afin de maintenir ce lien avec l’Écosse en terre étrangère. À cet égard l’on enregistre qu'en 1747, le prince Charles Édouard Stuart a accordé une patente à la loge maçonnique d’Arras dans laquelle il est nommé Grand Maître, Souverain Rose Croix d’Hérédom de Kilwinning. De France, l'ordre semble s'être déplacé à Londres où il s'est épanoui de 1741 à 1750, et le 22 juillet de cette dernière année, ses partisans ont reconstitué la Grande Loge de l'Ordre Royal d’Écosse à Édimbourg où depuis il a son siège.
ORDRE DES CHEVALIERS PRETRES TEMPLIERS DE LA SAINTE ARCHE ROYALE (HRAKTP)
La date de la première apparition de l’Ordre est assez imprécise mais l’on peut vraisemblablement la situer entre 1770 et 1780 en Irlande tout d’abord et à Bristol, dans sa version particulière de Souverain Prince Rose Croix des Monts du Calvaire et d’Heredom (VII° grade de la série du Rite de Baudouin ou de Baldwyn ).
A cette époque il était d’usage, lorsqu’une loge ne comptait pas assez de membres titulaires d’un grade pour le travailler individuellement, qu’elle se joigne à une ou même deux autres loges pour constituer un Union Band pour pouvoir le conférer convenablement.
Dans le début des années 1800, le grade gagna les loges de la côte orientale de l’Angleterre ainsi que l’Ecosse par le canal du Grand Rite Primitif mais ce n’est seulement qu’en atteignant Newcastle upon Tyne qu’il trouva un havre où il put survivre avec une certaine pérennité. C’est ainsi que fut formé l’Ordre Illustre des Chevaliers Grand Croix du Saint Temple de Jérusalem .
Cette première période prit fin vers 1820-1830 et l’Ordre s’éteignit presque complètement sauf à Newcastle upon Tyne. Un renouveau mené par quelques frères parfois plus enthousiastes que compétents est à signaler durant la période 1850-1870 dans la région de Manchester. Ce renouveau prit cependant fin aussi rapidement qu’il démarra. Vers la fin du XIX° siècle, l’Illustre Ordre des Chevaliers Grand Croix du Saint Temple de Jérusalem contrôlait un certain nombre de grades qu’elle tenait de la grande loge des Anciens. L’Ordre était conservé au sein du Tabernacle Royal Kent à Newcastle dont l’origine remonte au moins à 1809, avec un certain nombre d’autre grades. La collection complète s’élevait à une quarantaine de grades .... Dont beaucoup avaient totalement disparu. Le Tabernacle pratiquait la Croix Rouge de Babylone conjointement avec l’Arche Royale depuis 1822 et les grades Cryptiques de Maître Royal, Maître Choisi et Super Excellent Maître depuis 1830. A noter qu’une variante de l’Ordre , l’Ordre de la Grande Prêtrise était conservé au sein du Tabernacle Concorde tenant patente du Tabernacle Paix, Vérité et Lumière de Manchester. Lorsqu’en 1893, les maçons cryptiques du Tabernacle Royal Kent demandèrent, un peu tardivement, une charte au Grande Conseil des Maîtres Royaux et Choisis de Londres fondé en 1873, le Grand Scribe de l’époque, Charles Fitzgerald Matier découvrit avec surprise que des grades dont il n’avait pas connaissance y étaient pratiqués. Quarante et un grades étaient donc ainsi communiqués sans aucune Juridiction centrale. Le plus important était l’Ordre des Chevaliers du Temple Prêtres de la Sainte Arche Royale ou Ordre de la Sainte Sagesse. Dix huit d’entre eux semblent provenir du Grand Rite Primitif d’Ecosse et seuls cinq d’entre eux peuvent être retrouvés aux Etats Unis, six sont de véritables grades collatéraux conférés sans droits et sans qu’il en soit gardé un compte rendu et les autres, enfin, ne peut être eux non plus retrouvés qu’aux Etats Unis sans qu’il en reste la moindre trace en Angleterre. Le 1° Janvier 1897, un accord intervint, plaçant l’Ordre des Chevaliers du Temple Prêtres ainsi qu’un nombre imposant de grades appendants sous la juridiction du Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés, le Tabernacle de Newcastle conservant cependant le droit de conférer les rang et dignité de Chevalier Grand Croix du Saint Temple de Jérusalem ce dont il use encore avec cependant beaucoup de parcimonie. En 1920, le Colonel C.W. Napier-Clavering devint Grand Maître du Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés et de même qu’il renonçait aux prérogatives du Grand Conseil sur l’ordre du moniteur Secret, mettant ainsi fin à une polémique de 37 ans, il demanda au Conseil Royal Kent, héritier du Tabernacle du même nom, de s’ériger en Grand Collège des Chevaliers du Temple Prêtres de la Sainte Arche Royale pour l’Angleterre, le Pays de Galles, les Colonies et Dépendances de la Couronne Britannique. Ceci fut fait, les avis divergent, le 23 mai 1923 ou le 15 mai 1924. Le Grand Conseil Allié renonça officiellement à ses droits sur l’Ordre le 17 novembre 1924. Aux Etats-Unis, la plus ancienne mention de l’Ordre remonte à 1829 dans l’Etat de Rhode Island. Cinq Tabernacles furent par la suite constitués entre 1840 et 1931 sans qu’aucun d’eux ne parvienne à se maintenir longtemps actif. Le 31 octobre 1931, le Chevalier Prêtre Sidney Clifton BINGHAM de Christchurch en Nouvelle Zélande sans aucune nouvelles de son Grand College anglais depuis plusieurs années le pensa éteint. Il admit donc dans l’Ordre John Raymond Shute II, John Edward Allen et Luther Thompson Harstell Jr., trois Chevaliers du Temple de Caroline du Nord en vertu de l’article 3 des Anciennes Constitutions de 1813 qui prévoyait qu’une telle procédure pouvait être utilisée en cas d’extrême urgence. Il leur accorda de même trois patentes aux fins de constituer des Tabernacles en Caroline du Nord. Le 14 mai 1933, les Précepteurs de ces trois Tabernacle se réunirent en convention à Raleigh, Caroline du Nord, et convinrent de s’ériger en Corps souverain ce qu’ils firent le 27 du même mois en constituant le Grand Prieuré d’Amérique, Ordre Clérical du Temple. En 1934 les Chevaliers Prêtres américains apprirent que l’Ordre qu’ils avaient cru éteint était toujours actif en Angleterre... Souhaitant un échange de Grands Représentants ils furent informés que les circonstances de leur constitution était jugée irrégulière. Une délégation fut envoyée en Angleterre durant l’été 1934 et il fut proposé au Corps anglais de procéder à la régularisation du Grand Prieuré américain . John Edward Allen fut alors reçu l’année suivante, le 16 août 1935, au sein du Tabernacle Royal Kent. Il fut installé et reçut une patente constitutive pour fonder le Tabernacle Etats Unis n° 9. De retour aux Etats Unis il reconsacra les Tabernacles existants selon l’usage anglais et le 27 octobre 1935 ils en requalifia tous les membres. Les actes du Grand Prieuré d’Amérique furent confirmés et lors de l’assemblée annuelle de 1936 la patente de reconnaissance anglaise fut enfin être produite. Il fut relevé que la juridiction anglaise s’intitulait Grand Collège d’Angleterre, Ordre des Chevaliers du Temple Prêtres de la Sainte Arche Royale ou Ordre de la Sainte Sagesse et leur exemple fut donc imité. Des démarches pour fonder des Tabernacles de l’Ordre en France furent entamées dès 1993 mais n’aboutirent que le 5 mars 1999 par la création par le Grand Collège d’Amérique des Chevaliers du Temple Prêtres de la Sainte Arche Royale de trois Tabernacles immédiatement constitués en Juridiction souveraine, le Grand Collège pour la France des Chevaliers du Temple Prêtres de la Sainte Arche Royale.


RITES DU 18ème SIECLE


L’Ordre des Architectes Africains(1767)
Institué en Prusse sous les auspices de Frédéric II le Grand.
Le Grand Maître est Von Koppen, membre de la Stricte Observance Templière. En Prusse il est organisé en 7 classes:
1er Pastophoris. 2° Néocoris. 3° Melanophoris. 4° Chistophoris. 5° Balahata.
6° Astronome de la Porte de Dieu. 7° Prophète ou Saphenath Pancah.
En France en 1770 ou 1778 la structure est en 11 grades. Rite " Crata Repoa "    par le Frère Bailleul:


1er Temple: 3 grades bleus.
2eme Temple: 4° Architecte ou Apprenti des Secrets Egyptiens. 5° Initié aux Secrets Egyptiens. 6° Frère Cosmopolite. 7° Philosophe Chrétien. 8° Maître des Secrets Egyptiens.
Grades supérieurs: 9° Arrniger. 10° Miles. 11° Eques
Au 3° grade intitulé la Porte de la Mort, le symbolisme est lié au meurtre d'un Maître (Osiris). Mais il n'était pas relevé vivant. Il restait dans les Ténèbres jusqu'au 4° grade (Chistophoris) où il recevait, le bouclier d'Isis.
Enfin au 5° degré (Balahate), il assistait à une représentation montrant Horus tuant Typhon. On retrouve la Triade: Osiris-Isis-Horus.


Le Rite Primitif de Narbonne( 1759 ).
Rite ramené de Prague par le Vicomte de Chefdebien d' Aigrefeuille. C'est son fils, membre de l' Ordre des Frères Africains ,le Marquis François Chefdebien d'Armissan, Chevalier de Malte, qui se fit propagandiste actif du Rite Primitif de Narbonne, avec la Loge Mère les Philadelphes de Narbonne 1779. C'est de cette Loge Mère que vient l'appellation de " Rite Primitif des Philadelphes". Il comporte trois classes de 10 degrés d'instruction, en réalité plusieurs de ces degrés sont une collection de grades:


␣ 1ère classe: les trois grades bleus.
␣ 2° classe: (Subdivisée en 3)
␣ Maître Parfait, Elu et Architecte. ␣ Sublime Ecossais. ␣ Chevalier de l'épée, Chevalier de l'Orient et Prince de Jérusalem.


En fait ces 2 classes ne sont qu'une introduction à la troisième qui contient la véritable essence du Rite. Cette dernière classe comprend 4 chapitres de Rose+Croix:
␣ 1er Chapitre symbolique: étude poussée sur le symbolisme de la fraternité secrète.
␣    2° Chapitre historique: étude de l'histoire de la Tradition et sa transmission d'école en école.
␣ 3° Chapitre philosophique: étude de la science maçonnique. ␣ 4° Chapitre dit de Fraternité Rose + Croix de Grand Rosaire: exclusivement dédié
à l'occultisme avec pour but la réintégration spirituelle de l'homme.


Le Rite des Philalèthes(1773)
Loge parisienne "Les Amis Réunis". Premier Grand Maître Le Marquis Savalette de Langes.
Douze grades regroupés en deux séries:
␣ 1ère série ou Maçonnerie mineure : les 3 grades bleus, suivi d'Elu (4°), Ecossais (5°) et d'un grade chevaleresque, Chevalier d'Orient (6°).
␣ 2ème série ou Haute Maçonnerie : Rose + Croix (7°), Chevalier du Temple (8°), Philosophe Inconnu (9°): grade hérité de l'Etoile Flamboyante de Tschoudy dont étaient membres les premiers Philalèthes, Sublime Philosophe (100), Initié (11°) et enfin Philalèthes (c'est à dire: "Ami de la Vérité") (12°).
Les quatre dernières classes forment le Conseil de l'Echarpe Blanche. Ses membres sont des spécialistes de l' Hermétisme et des Sciences Occultes. Ils se donnent pour objectif de recueillir dans les principaux rituels maçonniques les
traces des sciences secrètes afin de mettre celles-ci en action. Ils pratiquent ainsi l'Alchimie et la Théurgie et entrent en contact avec de nombreux Ordres Hermétiques à caractère non maçonnique.
Membres: le Cabaliste Duchanteau, le Marquis de Chefdebien, l'Alchimiste Clavières, Savalette de Lange, Court de Gébelin, Von Gleichen, le Prince d'Assia de Beverley.


Le Rite Ecossais Philosophique(1776)
Institué à Paris par l'hermétiste Boileau, élève de Pernéty. Loge " Le Contrat Social " puis " Saint Lazare ". En 12 grades:
1er à 3°: Chevalier de l'Aigle Noir ou Rose + Croix d'Hérédom de la Tour. (Divisé en 3 parties).
4°: Chevalier du Phénix. 5°: Chevalier du Soleil. 6°: Chevalier de l'Iris. 7°: Vrai Maçon.
8°: Chevalier des Argonautes. 9°: Chevalier de la Toison d'Or. 10°: Grand Inspecteur Parfait Initié. 11°: Grand Inspecteur Parfait Initié. 12°: Sublime Maître de l'Anneau Lumineux.
Le 12ème grade vient du Rite des Négociates, académie des Sublimes Maîtres de l'Anneau Lumineux qui fut absorbé en 1784 par le Rite Ecossais Philosophique et par l'Atelier de Douai: La Parfaite Union. Plusieurs membres étaient détenteurs des derniers degrés de Misraïm.
Le Rite Ecossais Philosophique devint en 1817 " Le Rite des Nicotiniates " en 4 grades.
1er: Ecouteur ou Akousmatikos. 2°: pyrophores. 3°: Adeptes. 4°: Elus.
La maçonnerie Adonhiramite(1781)
1. Apprenti. 2. Compagnon. 3. Maître. 4. Maitre parfait. 5. Premier Elu, qu L'Elu des Neuf. 6. Second Elu nommé Elu de Pérignan. 7. Troisiéme Elu nommé Elu des Quinze. 8. Petit Architecte. 9. Grand Archirecte, ou Compagnon Ecossais. 10. Maître Ecossais. 11, Chevalier de l'Épée surnommé Chevalier de l'Orient ou de l'Aigle. 12. Chevalier de la Rose Croix.


Thory and Ragon have both erred in giving a Thirteenth Degree, namely, the Noachite, or Prussian Knight. They have fallen into this mistake because Guillemain has inserted this degree at the end of his second volume, but simply as a Masonic curiosity, having been translated, as he says, from the German by M. de Bérage. It has no connection with the preceding series of degrees, and Guillemain positively declares in the second part (2nde Ptie, page l18) that the Rose Croix is the ne plus ultra, the Latin for nothing further, the summit and termination, of his Rite.