Encore plus loin...Bientot operationnel en Europe

DHS's "If You See Something Say Something" program has created a nation of spies! Don't try and use anything other than a government approved ID at a hospital or clinic or you'll be arrested: Blanca Borrego and her two daughters had been sitting in the waiting room of the Northeast Women's Healthcare clinic in Atascocita, Texas for nearly two hours. Full Story Here: http://massprivatei.blogspot.com/2015...

Santé, Eau & Codex Alimentarius, notre déchéance Humaine

La vérité sur l’eau du robinet, la contamination des rivières par voies naturelles ainsi que le grave déficit organisé du Codex Alimentarius sont un génocide "autorisé et obligatoire" contre l'être Humain : POURQUOI?

"Parfois les gens ont des croyances extrêmement fortes, quand ils sont confrontés à une preuve qui va à l'encontre de leurs croyances, ils ne peuvent pas l'accepter car cela crée un sentiment très désagréable appelé dissonance cognitive" Frantz Fanon

"Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu'ils ont été trompés" Mark Twain

L' Eau, le scandale du 21è siècle : Un scandale sanitaire environnemental  de proportion Nationale, voir Européenne, car nous ne sommes pas les seuls dans cette triste situation. Nous vivons dans l'ombre de Tchenobyl et de Fukushima chaque jour que nous respirons.

Entre les alarmistes qui crient à l’empoisonnement et les tenants de l’angélisme qui ne jurent que par l’eau du robinet, où se situe la vérité ? Peut-on boire l’eau du robinet sans danger ? en 2014, 33 200 personnes ont subi une coupure d’eau car l’eau du robinet était jugée non-conforme à la consommation. Si cela s'était arrêté là ! La qualité du réseau n'est pas à la hauteur qu'on veut nous faire croire.

Qui n'a jamais entendu l'expression <<L' eau, c'est la vie !>>
Dans le cas qui m'amène vers vous par cet article serait plutôt, <<L'eau c'est la mort !>> Oui mais en combien de temps? Toute la question réside là.

Une carte des pollutions de l’eau potable en France permet d’ailleurs de constater la variété des menaces qui pèsent sur nos ressources en eau. E-coli, acide chloridryque, perchlorate d’ammonium, nos ressources sont attaquées de toute part. mais aussi les rejets constants de toutes les usines de france, fleurons de notre industrie florissante, tous les C.H.U de France et de Navarre qui déchargent tous leurs toxiques dans nos réseaux d'eau, dans toutes nos rivières, confluents, tout s'en voit contaminé par des agents hautement toxiques, qui pour la plus part ne sont pas traités en centrale d'épuration, non équipée pour cela, ainsi, tristement, nous même au final sommes touchés ainsi que toute la chaine animale ainsi qu'alimentaire.

Certes, on dispose de nombreuses informations sur les problèmes de conformités, les autorités s’empressant de faire valoir leur vigilance préventive pour justifier les coupures en arborant des papiers officiels invoquants des normes en vigueur, des tolérances, des contrôles qui en réalité ne débouchent sur rien puisque cela continu de plus belle au nom d'une économie locale, départementale ou nationale.

Mais la transparence est moins évidente lorsqu’on s’intéresse aux résidus de produits contaminants dans notre eau du robinet. Ils n’impliquent pas de coupure d’eau pour non-conformité. On sait toutefois que l’exposition répétée à ces produits nocifs impacte notre santé à moyen et long terme et au détriment de toute la chaîne alimentaire. Alors ma question est : Pourquoi? dans quels buts le gouvernement ne prends pas des décisions catégoriques et n'arrête pas de publier de faux communiqués? Vous êtes vous également posé la question concernant toute la nourriture vendue et par défaut adultérée avec des produits contaminants? Comment se fait il que le gouvernement accepte la diffusion de produits toxiques dans notre nourriture? Pourquoi des produits comme les OGM sont acceptés et encouragés, nous connaissons l'impact sur la santé de ces produits autorisés à hauteur de plus de 95 sur le marché Français et devraient passer à plus de 115 pour 2018? Pourquoi aussi faire la promotion de pesticides et les recommander à nos agriculteurs qui croient qu'en les utilisants ils auront des récoltes plus florissantes?

Tout ceci est comme l'intoxication quotidienne que nous vivons, une intoxication de l'esprit. Notre gouvernement nous ment et il faut se réveiller car à 80.000 nouveaux cas d'Alzheimer, démences précoces contractées de plus en plus jeune, un jour chaque Français aura un parent proche touché dans sa famille, et croyez-moi, c'est une expérience horrible, traumatisante pour le reste de vos jours, votre propre Mère qui vous appelle Monsieur !. Nous devons nous réveiller et ne plus accepter cela au risque de ne plus pouvoir nous regarder dans une glace le jour ou comme pour la maladie de Creutzweill Jacob, certains en on fait les frais.

Quels sont les principaux contaminants dans notre eau ?

Les THM liés au chlore
Les résidus de trihalométhanes ou THM qui se forment lorsque l’eau contient à la fois du chlore et des matières organiques. Le risque est bien réel : il ne se mesure qu’à long terme, puisqu’une exposition prolongée à ce gaz peut se traduire par l’apparition de cancers de la vessie.

Le plomb lié aux canalisations
L’état des canalisations a également un impact pour la santé. On sait que les immeubles anciens qui acheminent l’eau via des canalisations en plomb relarguent des particules de plombs. Dans les années 80, une centaine de cas de contamination au plomb par voie hydrique ont été recensés. Les effets peuvent être particulièrement nocifs pour les enfants ( troubles neurologiques et nerveux) et les adultes (douleurs abdominales, anémie, etc.)

Le CVM lié aux canalisations en PVC
Par ailleurs, une génération de canalisations en PVC installées dans les années 70 inquiète les épidémiologistes. Elles engendrent un dégagement de chlorure de vinyle monomère qui serait à l’origine de cancers du foie, une maladie a priori très rare, mais qui ces dernière années serait en hausse. Le risque est suffisamment pris au sérieux pour que l’Anses décide d’une étude épidémiologique, afin de mesurer d’éventuels dégâts sanitaires liés à ces conduites d’eau. La cartographie des sites à risques est en cours.

L’aluminium dans toutes les communes
Dans de nombreuses communes rurales, on continue à traiter l’eau courante avec de l’aluminium, un procédé destiné à éclaircir l’eau du robinet lorsqu’elle a une couleur marron.

Or plusieurs études suspectent l’aluminium d’augmenter les risques de maladie d’Alzheimer…On prend donc un risque d’autant plus inacceptable que l’on pourrait remplacer l’aluminium par des résidus ferrés, reconnus comme inoffensifs pour la santé…

Les pesticides, nitrates et sélénium
Autre point d’inquiétude soulevé, cette fois par le journal Que Choisir en mars dernier : un million de personnes – situées dans le Bassin Parisien, le Nord et la Champagne – consomment chaque année une eau non conforme en matière de pesticides, nitrates et sélénium.

Le Criieau (Comité de Recherches et d’Informations Indépendantes sur l’Eau), s’est d’ailleurs récemment alarmé des risques suspectés « de cancers, de troubles du système nerveux ainsi que de troubles de la reproduction » engendrés par une exposition répétée à des résidus de pesticides.

Les dangers bactériologiques
Cette association qui réunit différents experts en santé et biologie, rappelle également l’existence d’autres risques bactériologiques souvent ignorés par la presse comme « les Rotavirus et les Norovirus, résistants à une chloration ordinaire, et à l’origine de nombreuses épidémies de gastroentérites virales hivernales ».

L’association met également en garde les consommateurs contre les fréquentes « parasitoses transmises par l’eau potable » en grande recrudescence.

Les résidus de médicaments,
Elle met aussi en garde contre un risque sanitaire plus diffus, celui de « la transmission par l’eau potable de gènes de résistances aux antibiotiques ». Ces gènes « nous sont transmis en droite ligne par les eaux usées de tous les C.H.U de France ainsi que par l’élevage animal qui consomme les deux-tiers des antibiotiques consommés en France ». Des antibiotiques qui se retrouvent à l’état de résidus dans notre eau courante….

Quels risques pour quelles précautions ?
Où doit commencer l’application du principe de précaution ? L’eau du robinet contient – même après traitement – un nombre si élevé de traces de polluants, qu’il est très difficile de démontrer fermement ces implications sur notre santé à moins de dépenser beaucoup d'argent pour faire analyser vos échantillons, et quand bien même, si vous allez dans un laboratoire, qui à reçu une circulaire lui intimant l'ordre de renvoyer toute demande au laboratoire Départemental, qui vous alignera un refus d'analyse si vous précisez que c'est de l'eau du robinet, il y a quelque chose de bizarre non?.

La plupart du temps, les scientifiques émettent donc de forts soupçons sur les liens entre polluants et maladies du-moins ceux soumis aux subventions de l'état, les autres, s'engagent dans le combat et participent à l'élaboration de vidéos qu'ils diffusent sur des supports tels que Youtube, Dailymotion ou autres, mais toujours avec la suspicion d'une discréditation formelle de la part des autres, cela s'appelle la mise au placard. Un doute scientifique nécessaire. Mais qui ne suffit pas à faire appliquer le principe de précaution, principe totalement négligé au privilège de l'économie et du Lobby Pharma qui se veut plus importante que la santé Humaine.
Ce qui incite indirectement l’industrie de la distribution d’eau – publique et privée – à concentrer ses contrôles sur des risques de crises sanitaires les plus immédiatement perceptibles pour donner le change. Nous assistons ces dernières années à une propagande éhontée qui vise à "noyer le poisson" pour promouvoir les pseudos efforts qui devraient être faits mais qui ne le sont pas en réalité. Une telle politique d'abrutissement médiatique qui a vu le jour et qui engloutie des sommes fantastiques en vaine communication alors qu'elle pourraient être employées à des choses beaucoup plus constructives, nous le déplorons fortement. La santé n'est et demeure qu'une option réservée aux plus riches, et les autres continuent de grossir les rangs de nouveaux patients aux pathologies sans cesse plus graves et de plus en plus tôt.

Pendant ce temps là, les moyens alloués à la prévention des risques de maladies graves qui se déclenchent au bout de plusieurs dizaines d’années, restent dérisoires, les personnels qualifiés se font rares soi-disant faute de moyens. Pour exemple également, les effets cocktails qui produisent des interactions entre polluants chimiques, agricoles et médicamenteux ne sont quasiment pas investigués et donc en pleine mutation permanente entraînant jusqu'à des dysfonctionnements graves sur l'A.D.N.

DOCUMENTS OFFICIELS

A CE JOUR, SILENCE DU MINISTERE DE LA SANTE, AUTORITE DE LA SECURITE NUCLEAIRE, DRIRE, DDAS, AUCUNE COMMUNICATION (DOSSIER CLOS EN 2012 et non communication à ce jour) La commission réclame une norme depuis 2001, rien n'est fait, nous sommes en 2017, plus le reliquat, cela donne au bas mot 30 ans d'empoisonnement organisé.

Aujourd'hui en France, comme ailleurs en Europe, nous sommes face à deux scandales sanitaires environnementaux  d'ampleur nationale, voir internationale, comme nous avons mis plus de trente ans à comprendre pour la maladie de Creutzweill jacob ou du sang contaminé, sans que rien ne soit fait de concret au moment ou cela devait être fait, pour les services publiques, tout est normal et respecte les normes, ce qui veut dire que tous les professionnels que vous allez voir dans ces vidéos sont des charlatans?A votre avis qui sont les charlatans?

RADIOACTIVITE EN FRANCE LA VERITE : DEPUIS TCHERNOBYL ET FUKUSHIMA LE RADON EST PRESENT EN FRANCE DANS TOUS LES POINTS DEAU, et par définition dans vos robinet, donc l'eau que l'on absorbe est radioactive à des tolérances différentes entre les villes, mais tout de même, aucune mesure de radon n'est effectuée par quiconque sauf par la CRIRAD, laboratoire indépendant. CECI EST INTOLERABLE.

Exemple pour la ville de Guenion malheureuse cité ayant cru à la propagande d' Areva et de l'état Français, mais il n'y a pas que Guenion qui est touchée, c'est la France entière.

Voir rapport CRIRAD. Sur ce sujet, nous n'avons pas fini d'en entendre parler depuis Tchernobyl, ainsi que FUKUSHIMA ou des rejets quotidiens TOLERES qu'opèrent chaque jour les usines de France dans tous les cours d'eau. C'est cette eau au final que nous buvons tous au robinet et qui n'est pas adéquatement traitée. Posez vous la question de savoir pourquoi tous les initiés ne boivent pas d'eau du robinet? pourquoi ont-ils tous des osmoseurs et des dynamiseurs à la maison? pourquoi leurs enfants ont tous des bouteilles d'eau dans leurs cartables avec l'eau osmosée et dynamisée à la maison? Pourquoi ont-ils (les enfants) l'interdiction formelle de boire de l'eau du robinet ou achetée en bouteille non sélectionnée? Car ces dernières années même l'eau dite de source vendue en bouteille sont touchées par toutes sortes de toxiques qui prolifèrent dedans, des antibiotiques, des hormones, des perturbateurs endocriniens, nano-technologies, il faut surveiller cela de près et lancer une vraie alerte à ce sujet, à défaut de nous déjà touchés, nos enfants en consomment tous les jours, ils ne méritent pas un tel laxisme. Cela s'appelle un crime contre l'humanité, il faut employer les vrais mots.

VERSION COURTE : BRUNO CHARERON DE LA CRIRAD EFFECTUE UNE MESURE INCROYABLE
https://youtu.be/D4kP0JjLUiE

VERSION LONGUE
https://youtu.be/8FeMlilpOio

https://www.youtube.com/watch?v=ILmpe_XM2lA     
ELISE LUCET : DANGEREUX EAU RADIOACTIVE EN FRANCE (A VOIR JUSQU'AU BOUT HALLUCINANT) BRUNO CHARERON LE DEMONTRE, L'usine AREVA par ses rejets a contaminé tous les fleuves, afluants et rivières de France. (car l'eau circule bien sûr) Les sources sont touchées, par définition, certaines EUX vendues en bouteille le sont également ainsi que toutes les eaux du circuit d'assainissement

DOCUMENTS CRIRAD (rapports radioactivité)

http://www.pau-circulation.fr/2011/05/important-annonce-criirad-sur-la-radioactivite-en-france/

http://www.criirad.org/tchernobyl/2015-07-31tchernobyl-alpes.pdf

IL FAUT COMPRENDRE QUE LE PROBLEME ECONOMIQUE EST PLUS IMPORTANT QUE LES PROBLEMES GRAVES IMPACTANTS LA SANTE DES USAGERS.

RADON 222, ALUMINIUM, CHROMIUM6, PESTICIDES, NITRATES, ET DIVERS POISONS DANS L'EAU (robinet et sources) Nourriture irradiée, et exposition permanente de l'Humain à des agents destructeurs, comment en est-on arrivé là??

CODEX ALIMENTARIUS IRRADIATION DES ALIMENTS AU COBALT 60, fours à micro-ondes (interdits à la vente en Russie pour mise en danger de la vie d'autrui, idem plaque de cuisson, pyrolise)
https://youtu.be/TAcWdY20zFY

Des Monocytogènes dans la nourriture https://www.news-medical.net/news/20130313/13553/French.aspx

https://youtu.be/_mT0r1G312w  
l'eau et le chromium 6

https://youtu.be/grMbMi_t5n8  
FR3 l'eau du robinet
 
(Guy Berton présent dans le bureau quand Dartigues se rétracte après un coup de fil de Kouchner) Quand j'ai contacté JF Dartigues, il a accepté de me dire un mot sur cette polémique, sans être revenu sur ces déclarations il n'aurait pu continuer à poursuivre ses recherches, faute de subventions. Le serment d'Hypocrate mis à mal pour une question d'argent. Le chercheur Guy Berton, est écoeuré de ce revirement soudain, manque de chance il était dans le même bureau lors du coup de fil de Kouchner (un docteur aussi hein? ayant souscrit au serment d'Hypocrate)

Etudes sur l'Alzheimer J.François Dartigues et son équipe de Bordeaux
https://www.worldcat.org/title/epidemiologie/oclc/690868735&referer=brief_results

http://crn2m.univ-mrs.fr/IMG/pdf/MedSci-06-22-288.pdf

http://docplayer.fr/33618571-Bibliodemences-bulletin-bibliographique-critique-sur-la-maladie-d-alzheimer-et-les-syndromes-apparentes.html

https://www.youtube.com/watch?v=o1g5Y_MJsrE
Aluminium Notre poison quotidien

https://youtu.be/3A7NuGyzOOM
Du poison dans l'eau du robinet, l'eau radioactive au radon et aux médicaments, de nombreux déchets hospitaliers ne sont pas éliminés par le circuit traditionnel de traitement des eaux usés

https://youtu.be/2cfb2HW670U
LA MAFIA DE L'EAU EN FRANCE, car malheureusement tout est relié à l'argent et aux gains au détriment de la santé et de pauvres diables qui sont touchés de plus en plus tôt dans leur vie.

CECI DURE DEPUIS LES TRENTE GLORIEUSES (HONTEUSES)
https://youtu.be/nVHF4cZWGGc

LES DECHETS HOSPITALIERS BRULES A L'AIR LIBRE LAISSANT LA FUMEE ET LE VENT PROPAGER LES TOXIQUES D'ORIGINES DIVERSES, AINSI QUE LA PROPAGATION DES EAUX USEES CONTENANT TOUTES SORTES D'AUTRES TOXIQUES, RESIDUS DE TRAITEMENTS CANCEREUX, PLACENTAS, FOETUS, PUE, URINES, MATIERES FECALES, BACTERIES, STREPTOCOQUES, BACILES, ET AUTRES, DANS LE CIRCUIT TRADITIONNEL D'ASSAINISSEMENT DE L'EAU NON EQUIPE POUR TRAITER CES POISONS, CE QUI VEUT SIMPLEMENT DIRE QUE L'EAU DU ROBINET DITE POTABLE QUE LA VILLE NOUS DELIVRE EST EN REALITE UN POISON DANGEREUX QUI VOUS DONNE PLUS DE RISQUES DE CONTRACTER UNE MALADIE NEURO-DEGENERATIVE OU AUTRE ET CE DE PLUS EN PLUS TOT DANS LA VIE D'UN HUMAIN QUI N'EST DEJA PAS BIEN LONGUE. JE PRECISE QUE TOUS CES DECHETS NON TRAITES CONTAMINENT TOUTE LA CHAINE ALIMENTAIRE, ANIMALE ET LE CODEX ALIMENTARIUS S'EN VOIT GRAVEMENT PERTURBE CAR NOUS MANGEONS DE LA NOURRITURE QUI ELLE MEME A ETE CONTAMINEE PAR LE LAXISME ET L'ECONOMIE SUR LA SANTE. NOUS, NOS ENFANTS SONT DIRECTEMENT IMPACTES AINSI QUE TOUTE LA GENERATION 40-50 ANS. TOUT CE QUE NOUS SUBISSONS FAIT PARTI D'UN AGENDA OCCULTE.

VOIR VIDEO, PR PETRELLA ET BUDZENSKI.
https://youtu.be/Eb6FmfF1peE

GESTION DES DECHETS
https://youtu.be/iEhoSs3IP-s

https://youtu.be/ZFoUY9B9geE

OUTIL PEDAGOGIQUES
https://youtu.be/3aZJOmNLnlE

CETTE VIDEO EST VALABLE POUR TOUS LES PAYS, DEPARTEMENT COMPORTANTS DES HOPITAUX EN FRANCE CETTE VIDEO EST CENSUREE
https://youtu.be/gRuBF9ycoR0

PROPAGANDE COMMUNE A PRESQUE TOUS LES DEPARTEMENT DE FRANCE
https://youtu.be/L2PRLcvdKG0

LES SOCIETES VEOLIA ONT EDITE UN MEMO INTERNE POUR LA NON COMMUNICATION SUR LES TAUX ANORMAUX D'ALUMINIUM ET DE RADON DECELES DANS LES EAUX DELIVREES, "IL FAUT NIER POUR EUX".
CECI EST UN VERITABLE SCANDALE SANITAIRE QUI EST CACHE A TOUT FRANCAIS.

PROFESSEUR HENRI JOYEUX SUR LES 11 VACCINS OBLIGATOIRES
https://youtu.be/u_f6X3Zs49U

CODEX ALIMENTARIUS son histoire organisée par Mr Rockfeller

Histoire du Cartel pharmaceutique et Codex Alimentarius !
L'histoire du cartel pharmaceutique et l'interdiction des médecines naturelles !

NDLR : Cet article, qui démontre que l'industrie pharmaceutique est dangereuse pour notre santé, est à mettre dans la suite de l'Agenda 21 qui cherche à réduire la population humaine !  Voir cet article sur l'Agenda 21 ici : http://changera.blogspot.fr/2014/05/comprendre-le-green-agenda-21-fasciste.html 
Bien sûr le Grand Changement c'est d'arrêter toute cette mafia médicale qui détruit la santé des gens, pour aller vers une médecine holistique naturelle pour le bien de tous !


1. Origines de la pharmaco-chimie
"Aux environs de 1860 « Old Bill » Rockefeller, marchand forain de spécialité pharmaceutique, vendait des flacons de pétrole brut aux paysans naïfs, leur faisant croire que c’était un traitement contre le cancer.
Il appelait son pétrole brut en flacon Nujol (New Oil, nouvelle huile).

L’affaire était prospère, il achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard Oil pour 21 cents et la revendait 2,00 dollars.
Très peu cultivé, peu scrupuleux, sans connaissance ou formation médicale, avec quelques notions de comptabilité et une avidité féroce, il sut s’imposer.

Le Nujol fut baptisé "cure contre la constipation" et fut largement commercialisé.
Cependant des médecins découvrirent que le Nujol était nocif et provoquait des maladies graves, éliminant les vitamines liposolubles du corps. " (la suite ici)
Il utilisa des hommes de main pour faire taire ses détracteurs, avec menaces, destructions de locaux ou incendies…
 
Le célèbre charlatan de "Lucky Luke" fut inspiré par … Rockefeller
 
La Standard Oil lutta contre la chute des ventes en ajoutant du carotène au pétrole brut pour parer à toute carence.
Le Sénateur Royal S. Coperland de New York était payé 75.000 dollars par an pour promouvoir le Nujol.
L’Empire Rockefeller s’est construit grâce à cette formidable supercherie qui consiste à faire ingérer un dérivé de pétrole brut enrichi en carotène, aux populations. 
C’est ainsi que les fondations de l’industrie pharmaco-chimique furent posées.
Nous sommes bien loin des fondements des médecines chinoise, tibétaine, védique ou perse.
 
Quelques dates :
Le cartel pharmaceutique par Wakeup

5 mai 1911 — La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Par conséquent, la totalité du trust Rockefeller Standard Oil, la plus grande entreprise du monde à cette époque, est condamné à la dissolution. Mais Rockefeller était déjà au-dessus de la Cour suprême et ne se souciait guère de cette décision.
1913 — Pour dissiper la pression publique et politique qu’il subit avec ses barons, Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée « philanthropie » : il utilise les revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la Fondation Rockefeller. Grâce à cette entité dont le statut équivaut à un paradis fiscal, il organise le contrôle stratégique du secteur de la santé aux États-Unis. La Fondation Rockefeller est la façade d’une nouvelle entreprise globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le commerce pharmaceutique. Les dons de la Fondation Rockefeller supportent exclusivement des écoles médicales et des hôpitaux. Ces institutions sont devenues les missionnaires d’une nouvelle race d’entreprises : les fabricants de médicaments synthétiques brevetés.

C’est à cette époque que l’on découvre les vitamines. Il devient vite évident que ces molécules naturelles ont des propriétés curatives remarquables et qu’elles peuvent prévenir de nombreuses maladies chroniques. Les recherches menées sur leurs propriétés permettent de publier divers ouvrages, mais elles sont ensuite abandonnées. Ces nouvelles molécules présentent en effet un inconvénient majeur : elles ne peuvent pas être brevetées.

Par conséquent, dès ses premières années d’existence, le commerce pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel : les vitamines et autres micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des médicaments brevetés. L’élimination de la concurrence indésirable des micronutriments naturels devient donc une question de vie ou de mort pour le commerce pharmaceutique.

1918 — La Fondation Rockefeller profite de l’épidémie de grippe espagnole et utilise les médias pour lancer une chasse aux sorcières contre tous les médicaments qui échappent à ses brevets. Au cours des 15 prochaines années, toutes les écoles médicales des États-Unis, la plupart des hôpitaux et l’American Medical Association deviennent des pions sur l’échiquier stratégique de Rockefeller pour mettre l’ensemble du secteur de la santé sous le monopole de ses entreprises pharmaceutiques. Déguisée en "Mère Theresa", la Fondation Rockefeller sert également à conquérir des marchés étrangers et des continents, avec les mêmes méthodes que Rockefeller avait lui-même appliquées pour créer son empire pétrochimique au cours des précédentes décennies.

1925 — De l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne, un premier cartel chimicopharmaceutique est créé pour s’opposer à la conquête du marché mondial des médicaments par le seul Rockefeller. Dirigé par les multinationales allemandes Bayer, BASF et Hoechst, le cartel I.G. Farben émerge avec une force de travail comptant plus de 80.000 employés. La course pour le contrôle du marché mondial des produits pharmaceutiques est lancée.

29 novembre 1929 — Le cartel Rockefeller (U.S.A.) et le cartel I.G. Farben (Allemagne) décident de diviser le monde en sphères d’intérêt. Cette pratique est exactement celle pour laquelle Rockefeller avait été condamné 18 ans plus tôt, lorsque son trust avait divisé les États-Unis en « zones d’intérêt ».

1932 – 1933 — Le cartel I.G. Farben, tout aussi insatiable, décide de ne plus s’en tenir aux limites fixées en 1929. Ses dirigeants décident d’apporter leur soutien à un politicien allemand qui leur promet de conquérir le monde par la force des armes. Grâce aux millions de dollars investis en campagnes électorales, ce politicien prend le pouvoir en Allemagne, transforme la démocratie allemande en dictature et tiendra sa promesse de lancer une guerre de conquête. La deuxième guerre mondiale allait bientôt commencer. Dans chaque pays envahi par l’armée d’Hitler, les premières actions consistent à piller les industries chimiques, pétrochimiques et pharmaceutiques et à les intégrer gratuitement à l’empire I.G. Farben. (Source dates (link is external))
Le succès commercial du Nujol permit de diversifier la production pharmaco-chimique et d’atteindre des sommets en terme de bénéfices.
En 1948, le chiffre d’affaire annuel de la Rockefeller s’élevait à 10 milliards de dollars.
Le médicament Nujol existe toujours sous forme d’huile de paraffine pure (donc sans les benzènes et autres molécules toxiques), classé comme laxatif doux, il est recommandé pour la constipation chronique rebelle aux thérapeutiques hygiéno-diététiques habituelles.
Il est fabriqué par le laboratoire Fumouze.

Rockefeller et IG Farben
Le Trust de la pharmaco-chimie tel que nous le connaissons fut conçu par une association de la Rockefeller avec l’IG Farben de l’Allemagne nazie.
La Standard Oil détenue alors par John D. Rockefeller prit une participation de 15% dans ce nouveau trust germano-américain en 1939.
L’industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée pour préserver les intérêts de la Rockefeller.
Dès 1932, l’industrie pharmaco-chimique IG Farben finança Adolf Hitler, à hauteur de 400.000 Deutsch Mark, sans ce soutien selon le tribunal de Nuremberg "la deuxième guerre mondiale n’aurait pas pu avoir lieu…"
En 1941, IG Farben établît la plus grande industrie chimique du monde à Auschwitz, tirant profit de la main d’œuvre du camp de concentration, fabricant le gaz ZyklonB.
Au procès de Nuremberg, 24 responsables de la IG Farben ont été déclarés coupables de génocide, d’esclavage, de pillages et d’autres crimes.
Le Tribunal de Nuremberg avait alors scindé la IG Farben en BASF, BAYER et HOECHST.
Tous ces anciens responsables furent cependant libérés après leur condamnation en 1952 avec l’aide de Nelson Rockefeller leur ancien partenaire commercial.
Il était alors Ministre des Affaires Étrangères des USA.
Une fois libérés, les dirigeants d’IG Farben infiltrèrent les plus hautes fonctions de l’économie allemande.
Jusque dans les années 70 les PDG des sociétés BASF, BAYER, et HOECHST étaient des anciens membres du parti nazi. 
Ils financèrent à partir de 1959 le jeune Helmut Kohl.
Avec le support politique de ce dernier les trois filiales issues de l’IG Farben sont actuellement 20 fois plus grande que la maison mère initiale de 1941.
L’organisation nazie de mondialisation associée à Rockefeller est une réussite totale, depuis longtemps la planète fut quadrillée, organisée et gérée pour assurée une expansion industrielle mondiale de la pharmaco-chimie.

IG Farben et le Codex
 
http://www.fao.org/fao-who-codexalimentarius/sh-proxy/en/?lnk=1&url=https%253A%252F%252Fworkspace.fao.org%252Fsites%252Fcodex%252FStandards%252FCODEX%2BSTAN%2B192-1995%252FCXS_192e.pdf

La "tradition" du cartel de IG Farben s’est poursuivie sous un nouveau nom : Association de l’Industrie Chimique.
En 1955, l’industrie chimique pharmaceutique mondiale s’est regroupée sous les auspices de la Chambre de Commerce Internationale des Nations Unies et du gouvernement allemand. Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de code CODEX ALIMENTARIUS.
Un grand nombre de partis politiques européens dits de droite et de gauche furent financés par cette industrie pour assurer des législations favorables à l’industrie pharmaceutique.

Objectifs du Codex
Le CODEX ALIMENTARIUS entend mettre hors la loi toute information alternative de santé en rapport avec les vitamines, les thérapies naturelles, les compléments alimentaires et tout ce qui constitue de près ou de loin un concurrent potentiel.
L’état d’esprit qui préside à la mondialisation pharmaco-chimique explique en grande partie la destruction systématique de tous les novateurs scientifiques indépendants depuis 50 ans.
Cette industrie emploie tous les moyens pour garder ses parts de marché en matière de cancer, sida, maladies cardio-vasculaires, etc…
Nous sommes en mesure depuis des décennies de soigner et de guérir dans bien des cas toutes ces maladies, mais de puissants procédés de désinformation sont en place pour cacher ces vérités au grand public.

La mise hors la loi de toute information sur les médecines alternatives bloquera l’éradication de certaines maladies assurant toujours plus de profits à cette industrie mondiale qui ne traite que les symptômes sans s’attaquer aux causes.

Le Docteur Rath, dénonce cette situation en ces termes : "La vraie nature de l’industrie pharmaceutique (mondiale) est de gagner de l’argent avec les maladies chroniques, et non point de s’occuper de la prévention ou de l’éradication des maladies… L’industrie pharmaceutique a un intérêt financier direct à ce que les maladies perdurent afin d’assurer la croissance du marché des médicaments. C’est pour cela que les médicaments sont conçus pour soulager les symptômes et NON pour traiter les causes des maladies… Les trusts pharmaceutiques sont responsables d’un génocide disséminé permanent, tuant des millions de personnes…"
 
Le Codex mis en accusation
Une légion de lobbyistes pharmaceutiques est employée pour influencer les législateurs, pour contrôler les organismes de réglementation, pour manipuler la recherche médicale et l’éducation (dons du Trust de la pharmacie aux Universités en 1961, Harvard 8 millions de dollars, Yale 8 millions de dollars, John Hopkins 10 millions de dollars, Stanford 1 million de dollars, Université Colombia de New York 1,7 million de dollars, etc…
L’information des médecins est intégralement financée par ces trusts qui cachent soigneusement un grand nombre d’effets secondaires dangereux, voire mortels en les reniant publiquement.
Après avoir établi la genèse de ces crimes en col blanc et prouvé la responsabilité des industries pharmaceutiques concernant la mise en place d’une politique mondiale de génocide disséminé, le Docteur Matthias Rath a remis un acte d’accusation pour crime contre l’humanité à la Cour Internationale de Justice de la Haye le 14 Juin 2003.
 
Le 13 mars 2002 nos euro-députés adoptèrent des lois en faveur de l’industrie pharmaceutique, fixées par des dispositions du Codex Alimentarius visant à élaborer une réglementation coercitive pour toutes les thérapies naturelles et suppléments alimentaires.
Une manière détournée de détruire des concurrents pour prendre des parts de marché, car la santé se vend et s’achète.
Une fronde citoyenne de 438 millions de pétitions inonda pourtant les messageries des euro-députés à tel point, que les communications internes en furent bloquées.
Malgré près d’un demi milliard de pétitions, les directives du Codex Alimentarius furent adoptées.
Ce vote fut un véritable déni de démocratie augurant de futures difficultés pour la construction de l’Europe.

Application des directives du Codex Alimentarius

A partir de juillet 2005 les directives du Codex Alimentarius nommées Directive Européenne sur les Suppléments Alimentaires doivent être appliquées sous peine de sanctions financières.


En quoi consistent-elles ?
1°) Il s’agit de supprimer tout supplément alimentaire naturel. Tous seront remplacés par 28 produits de synthèse pharmaceutique à bas dosage (car toxique) et seront uniquement disponibles en pharmacie sous prescription médicale.
2°) Les médecines naturelles telles que l’acuponcture, la médecine énergétique, ayurvédique, tibétaine etc, se verront progressivement interdites.
3°) L’agriculture et l’alimentation animale se verront réglementées selon les normes du complexe pharmaco-chimique, interdisant du même coup l’agriculture dite bio-dynamique.
4°) L’alimentation humaine certifiée légale devra être irradiée ( irradiée au Cobalt) Le Codex Alimentarius contrôlera l’accès aux acides aminés essentiels, les huiles de poisson, les vitamines et les minéraux.
L’élargissement des contrôles opérera progressivement mettant à mal toutes les médecines alternatives, ancestrales ou naturelles.

L’heure de la solidarité
Le non massif à la constitution européenne est aussi un non au Codex Alimentarius, organe de propagande du complexe pharmaco-chimique qui vise le monopole mondial le plus despotique que nous n’ayons jamais connu.
Ne pas prendre en compte l’opinion de centaines de millions de citoyens est une très grave inconséquence de la part de nos hommes politiques.
Des centaines de millions de citoyens à travers le monde n’entendent pas laisser des médecines naturelles millénaires être interdites pour les parts de marché de la pseudo-science pharmaco-chimique.
 
Dangers de la pharmaco-chimie
Tous les ans, 800 000 personnes meurent en Amérique du Nord sur prescriptions médicales allopathiques.
La pharmaco-chimie tue beaucoup plus qu’elle ne soigne.
Un rapport de l’ONU affirme d’ailleurs que sur 205.000 médicaments de ces industries seuls 26 sont indispensables.
Parmi ces 26, seulement 9 devraient bénéficier d’une priorité absolue.
Si l’on a recours aux médecines chinoise, perse et indienne ces 9 composés chimiques ne sont de presque aucune utilité.
Autant dire que sans pharmaco-chimie le monde se porterait beaucoup mieux.

Résistance Internationale au Codex Alimentarius
-L’Afrique du Sud a affirmé qu’elle ne se conformerait pas aux directives du Codex Alimentarius.
Le Ministre de la Santé Manto Tshabalala-Msimang a déclaré que son pays est en désaccord avec cette dichotomie entre médecine naturelle et médecine allopathique.
Selon ses conclusions, ces dispositions visent à faire de l’argent à partir de remèdes brevetés et ainsi à discréditer l’usage de produits naturels.
 
-L’Inde ne se conformera pas aux directives du Codex Alimentarius car il a fait la promotion de formules pour bébés contenant des ingrédients chimiques causant une inflammation destructrice du cerveau chez les bébés sensibles.
Le délégué indien chargé de plaider l’affaire auprès du Codex a été ignoré et lorsqu’il insista pour un débat, il fut expulsé de la chambre.
 
-L’association des médecins et des chirurgiens américains a exprimé son opposition au Codex afin d’avoir recours à des remèdes naturels.
 
-Au Royaume Unis, les médecins exerçant des médecines naturelles, supportés par des membres de la Chambre des Lords se sont fermement opposés à la politique pro-Codex de Tony Blair.
Ce dernier est taxé d’hypocrisie puisqu’il a été révélé publiquement qu’il utilise pour sa famille des remèdes naturels, des compléments alimentaires et l’homéopathie. Tony Blair sera Président de l’Union Européenne précisément à partir du 1er juillet 2005, jour d’application des directives du Codex.

Deux idéologies opposées
Nous assistons à un bras de fer entre deux conceptions du monde.
D’une part l’idéologie Rockefeller dont l’unique objectif est de vendre sans scrupule, d’asseoir une hégémonie et un pouvoir mondial.
Breveter le vivant, tout refaire en molécules synthétiques, nier toute médecine autre que la pharmaco-chimie, c’est l’idée de progrès affiché par tous les Trusts.
Cette politique n’a rien de démocratique et vise à modeler les masses à son gré en fonction de ses besoins (fondation, éducation, fausses normes scientifiques, propagande, destruction des médecines ancestrales et naturelles).
 
Le Codex Alimentarius croit pouvoir nier l’opinion des peuples car il pense pouvoir modeler les masses à son gré.
Le Codex pense pour vous, agit pour vous et vous protège de vous-même selon des normes qui causeront votre perte.  
D’autre part, il existe les vrais biologistes, les authentiques médecins, les vrais thérapeutes ou chercheurs souvent violentés par l’arrogance du Cartel pharmaco-chimique.
Ils ont établi le concept de bio-individualité fondée sur la liberté du choix thérapeutique des patients.
Cette conception suscite chez le patient l’esprit de recherche, offre des alternatives dans la manière de se soigner.
Cette approche s’adapte au patient plutôt que d’imposer un protocole thérapeutique de masse non individualisé.
La maladie a une connotation spécifique dans la vie d’un individu, ne pas en tenir compte c’est ramener l’homme au rang de machine physico-chimique.
Or l’homme est beaucoup plus que cela…
Au delà de toutes ces considérations, nous sommes en face de deux conceptions de l’homme, d’un côté l’homme robot, rouage au service d’un système, et l’homme holistique reflet microcosmique de l’univers entier, éternel chaman.  
Gandhi disait à propos des occidentaux : "l’homme blanc ne vit pas, il fonctionne".
Aujourd’hui le choix nous est donné de vivre au lieu de fonctionner…

Le Codex n'est pas basé sur la science ou la démocratie
Les représentants du gouvernement non élus, travaillant en coopération avec les entreprises et les intérêts commerciaux acquis, prennent des décisions qui débouchent sur des normes nationales et internationales qui, à leur tour, seront adoptées par les États membres de l'OMC. Lorsque l'OMC a été créée, les mécanismes d'application du Codex et d'autres normes internationales ont été créés. Avec ce mécanisme d'application en place, une incitation accrue a donc surgi pour détourner l'objectif initial du Codex (fournir une nourriture propre et sûre pour la planète sans barrières internationales au mouvement de cette nourriture), promouvant plutôt un programme gouvernemental restrictif de suppression des alternatives naturelles aux médicaments pharmaceutiques.

Ceci pour nous faire comprendre que le Codex Alimentarius n'est pas destiné à la santé Humaine, mais aux bénéfices de sociétés, de laboratoires et de différents Lobby's qui se partagent le gateau sans aucun intérêt pour l'être Humain mais pour la finance uniquement, pour ma part, je pense que cela rélève avant tout d'une escroquerie organisée par l'Organisation Mondiale de la santé.

L'OMS qui par ailleurs, préconise l'irradiation de tout aliment, soi-disant pour une meilleure conservation, et vous vous absorbez des aliments irradiés tout au long de votre vie, croyez-vous sincèrement que cela soit une bonne chose? au même titre d'ailleurs que l'utilisation quotidienne de fours à micro-ondes, tables à inductions etc… En Russie tout cela est purement INTERDIT, vous ne trouverez pas de four et autres danger de ce genre. Alors je me pose une question de base, dans quel pays entre la France et la Russie, respecte t-on le plus la vie Humaine?

Ce que le Codex accomplira
Ces nouvelles normes et lignes directrices:
1. Protéger les investissements de plusieurs millions de dollars (équivalent européen de dollars) des grandes sociétés pharmaceutiques ainsi que de leurs monopoles bénis par le gouvernement.
2. Conduire les gens loin des méthodes de guérison naturelles, ce qui entraîne plus de pouvoir pour le gouvernement-cartel médico-pharmaceutique, plus de souffrance et de mort pour la population, et la dégradation de la vie sur Terre. Ceci est quand même intolérable pour toute personne constituée normalement.

La soeur maudite du Codex
L'industrie pharmaceutique, reconnaissant la préférence croissante pour les remèdes naturels par rapport aux produits pharmaceutiques, veut des suppléments nutritionnels et des herbes interdites ou hors de portée. En Europe, le cartel de la drogue a réussi à promulguer la directive européenne sur les compléments alimentaires, qui atteindra bientôt cet objectif sur le continent européen. Cette directive, qui a été transposée dans la législation de l'Union européenne en 2002 et a été mise en œuvre dans toute l'UE le 1er août 2005, est la première de plusieurs directives de l'UE à influer sur les soins de santé naturels et constitue l'une des bases des suppléments vitaminiques et minéraux Directives adoptées par le Codex Alimentarius.

Le pouvoir derrière le trône
Le Codex est une coentreprise entre l'Organisation mondiale de la santé des Nations Unies et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (OMS / FAO). L'OMC a déclaré qu'elle appliquerait les «directives» du Codex en tant que norme mondiale pour le commerce des compléments alimentaires et alimentaires. Tant la FAO que l'OMS sont destinées à protéger la santé et le bien-être de la population mondiale, mais il est clair qu'elles ont négligé cette responsabilité en ce qui concerne le Codex.

Un immense cartel de la drogue allemand, français, américain et britannique est derrière cela. Le Codex travaille également avec d'autres groupes soutenant les ordres du jour suivants:

1. L'objectif de l'industrie chimique que tous les animaux soient traités avec des antibiotiques et des hormones.
2. La plus grande entreprise semencière au monde (Monsanto) travaille à 100% de cultures génétiquement modifiées.
3. L'objectif de l'industrie nucléaire d'irradier tous les aliments, y compris les plantes et le bétail.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Irradiation_des_aliments

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs371/fr/

Ceci existe depuis 1988 : https://www.iaea.org/sites/default/files/31105783334_fr.pdf

https://www.iaea.org/sites/default/files/23305783336_fr.pdf

http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/40886/1/9242542407_fre.pdf

4. Objectif de toutes les industries: supprimer progressivement les aliments véritablement biologiques, ou du moins les rendre extrêmement difficiles à obtenir.

NOTA: 1 orange produite en 1950 contenait plus de vitamines que 26 oranges d'aujourd'hui, c'est incroyable non? c'est pourtant vrai.

Avec un peu de chance, les faits vous alarmeront suffisamment pour que vous vouliez contacter immédiatement l'assemblée nationale et leur dire ce que vous pensez de tout cela.

Les actions de l'Union européenne et des Nations Unies touchent des millions de personnes. Qu'est-ce qui permet aux compagnies pharmaceutiques d'avoir autant d'influence au sein de l'UE et de l'ONU et même au sein de notre propre FDA? La réponse est assez simple: les compagnies pharmaceutiques font des profits excessifs en sur-facturant les médicaments brevetés. Ils prétendent que les profits sont nécessaires pour la recherche de nouveaux médicaments. Pourtant, les coûts de cette recherche ne se résument qu'à payer les salaires de certains techniciens de laboratoire. Il est bien connu que la plupart des profits sont utilisés pour faire du lobbying auprès des politiciens, de la publicité et des méthodes similaires d'augmentation des ventes.

Les pouvoirs sur le trône

Quelque 167 pays sont membres de la Commission du Codex Alimentarius (CAC). Voici quelques-unes des organisations internationales qui travaillent en étroite collaboration avec le Codex afin d'atteindre ses objectifs:

* Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO):
* Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)
* Groupe consultatif international sur l'irradiation des aliments (ICGFI)
* Comité mixte FAO / OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA):
* La Commission européenne sur la sécurité alimentaire (ECFS)
* Nations Unies (ONU)
* Organisation mondiale de la santé (OMS)
* Organisation mondiale du commerce (OMC)

En fin de compte, les compagnies pharmaceutiques ne peuvent plus vous obliger à acheter leurs médicaments et à accepter leurs médicaments, et ce, malgré leur pouvoir, que Wal-Mart pourrait vous obliger à acheter ses casseroles. Ce sont les préceptes dominants de la législation monopolistique adoptée par le Congrès, couplée au monopole imposé par le gouvernement aux médecins autorisés et approuvés par le gouvernement, qui limitent nos choix en matière de soins de santé. Sans ces lois, vous pourriez rejeter impunément «Big Pharma» en achetant et en utilisant tous les produits de santé naturels que vous vouliez dans un marché vraiment libre.

Il y a plus de 20 comités du Codex Alimentarius.
Ces comités élaborent des directives (il y a plus de 16 000 pages de documents de travail) sur tous les aspects de l'alimentation, et présentent ces directives au Codex pour ratification. Les organisations commerciales ayant de solides liens publics avec les industries pharmaceutiques, chimiques et agricoles ont une voix très influente lors de ces réunions. Il n'y a pas eu de représentation significative des défenseurs de la santé, des fabricants de suppléments nutritionnels, des professionnels de la santé naturelle ou des groupes similaires aux réunions du Codex, à l'exception de la Fédération nationale de la santé (NHF) OING) à ces réunions. La NHF est la seule voix d'INGO qui se prononce constamment pour la liberté de la santé année après année lors de ces réunions.

La Commission du Codex se réunit chaque année en alternance entre Rome et Genève, tandis que ses différents comités se réunissent dans différents pays d'accueil (France, Allemagne, Canada, Australie, Etats-Unis, etc.). Les représentants des États-Unis auprès du Codex ont des liens bien documentés et peu recommandables avec les industries qui pourraient tirer profit de la mise en œuvre en gros des normes du Codex. En ce qui concerne la FDA, les consommateurs n'ont pratiquement aucun mot à dire.

Les gouvernements de l'Inde et de l'Afrique du Sud ont exprimé à plusieurs reprises leur insatisfaction face à la restriction stupide des nutriments et des herbes dans le cadre du Codex mais leurs protestations ont été régulièrement ignorées lors des réunions par des tactiques de consensus mal définies. ces questions cruciales, ou même vrai consensus.

Le pouvoir au Codex
Voici une des nombreuses raisons pour lesquelles le Codex peut passer outre nos lois alimentaires américaines. Dans le Federal Register des États-Unis, daté du 11 octobre 1995, la Politique sur les normes de la FDA stipule que «lorsqu'une norme internationale pertinente existe ou que son achèvement est imminent, elle sera généralement utilisée de préférence à une norme nationale». La Constitution des États-Unis stipule que les traités américains ont préséance sur les lois des États-Unis. Il y a eu une activité sur le Capitole pour préparer des règles d '«harmonisation», qui verrouilleront l'Amérique à obéir aux normes diététiques du Codex.

Il est important de noter que le Codex Alimentarius fonctionne selon le système inscrit dans le Code Napoléon, dans lequel tout ce qui n'est pas explicitement autorisé est interdit! Contrairement au code juridique napoléonien, les États-Unis opèrent selon la Common Law basée sur l'anglais, plus sensée, où tout ce qui n'est pas explicitement interdit est autorisé.

Les sociétés placées par l'OMC sur les nations
L'OMC a mis en place des mécanismes pour passer outre toute loi nationale qui interfère avec les bénéfices des multinationales dans le commerce international. C'est l'une des raisons pour lesquelles le député Ron Paul a tenté de nous retirer de l'OMC en 2000 via la résolution conjointe no 90 de la Chambre. Le Congrès n'a pas promulgué sa proposition.

Bureau du Codex aux États-Unis
Le Bureau du Codex américain se trouve au sein de la FDA, qui est à son tour une agence du Département américain de la santé et des services sociaux. Ce bureau travaille très étroitement avec le Codex en Europe. Si vous allez sur son site, vous verrez ceci:

"La Commission du Codex Alimentarius a été créée en 1963 par la FAO et l'OMS pour élaborer des normes alimentaires, des directives et des textes apparentés, tels que les codes d'usages du Programme mixte FAO / OMS sur les normes alimentaires, qui visent à protéger la santé des consommateurs, assurer des pratiques commerciales loyales dans le commerce des denrées alimentaires et promouvoir la coordination de tous les travaux sur les normes alimentaires entrepris par les organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales. "

Les États-Unis obéissent à l'OMC, l'Europe obéit aux Etats-Unis, on tourne en boucle
A l'origine, les normes et les directives du Codex devaient être volontaires, c'est-à-dire que chaque nation pouvait s'y conformer ou y désobéir. Mais cela a commencé à changer lorsque les différentes nations ont signé de nouveaux traités lors du Cycle d'Uruguay.

Après les OGM autorisés, disons OBLIGATOIRES, les nanotechnologies autorisées s’invitent dans notre assiette : les nano-aliments, traités avec des nano-pesticides et contenus dans des nano-emballages, se multiplient. A la clé : de faramineux profits financiers pour les industriels et des risques environnementaux et sanitaires aujourd’hui impossibles à évaluer. Le tout dans une totale - et incroyable - absence de règles et de contrôles.
Des aliments intelligents qui s’adaptent aux goûts du consommateur, des vêtements qui repoussent l’eau, des matériaux qui s’auto-réparent, de la « poussière intelligente » qui enregistre discrètement les conversations... Bienvenue dans le nano-monde ! Un univers où la science bricole des particules invisibles au microscope et empile des atomes à l’échelle du nanomètre, c’est-à-dire un milliardième de mètre [1]. Les nanotechnologies seront à la base d’une troisième révolution industrielle au cours du 21e siècle, nous promet-on.
Une révolution qui passe aussi par nos assiettes. Car ces nanoparticules sont déjà présentes dans les aliments industriels, les pesticides agricoles, les emballages alimentaires, les récipients de stockage... sans contrôle ni étiquetage. Des particules qui, du fait de leur minuscule taille, traversent les barrières biologiques et peuvent circuler dans tout l’organisme : la peau, les tissus, le cerveau... Alors, prêts pour une nourriture « atomiquement modifiée », aux effets encore inconnus ?
À mon avis, cela comprend des «contributions» généreuses à la Maison Blanche et au Congrès, ainsi que d'immenses pots-de-vin aux représentants de l'UE et de l'ONU. Maintenant, vous pouvez comprendre pourquoi les journaux, les magazines d'information et les bulletins d'information ne disent pas un mot de la crise nutritionnelle à laquelle nous faisons face. En 2004, les sociétés pharmaceutiques ont dépensé plus de 4 milliards de dollars en publicité directe auprès des consommateurs. Cela inclut la publicité dans les médias. Dans la même année, 785 millions de dollars ont été dépensés sur le lobbying du Congrès.

Le Codex peut-il être arrêté?
Il n'y a aucune certitude à ce sujet. Vous devriez contacter vos membres de l'assemblée nationale et les sénateurs, et leur dire comment vous pensez qu'ils devraient voter. Il est impératif que les consommateurs concernés de santé naturelle s'organisent et soient pleinement activés pour empêcher le Codex d'être adopté aux États-Unis ainsi qu'en Europe.

Mise à jour du 4 juillet 2007 par Sharrhan Williamson
Pas plus tard que cette semaine, la FDA a annoncé qu'elle mettait en œuvre de nouvelles «bonnes pratiques de fabrication» rigoureuses, qui consistent en des règlements qui auront une incidence négative sur les ventes de vitamines et de minéraux. Pour une fois, la FDA a été très directe, ce qui indique clairement que les petites entreprises de suppléments devront cesser leurs activités. Selon les sources de nouvelles, les grandes entreprises de la vitamine / supplément qui sont sur le point de rester dans les affaires (Vitamin Shoppe, GNC, etc.) ont le soutien fort de compagnie pharmaceutique.

Le projet de loi de revitalisation de la FDA du Sénateur Ted Kennedy S. 1082 est un autre coup porté à la DSHEA: il permet son démantèlement par la FDA et le Congrès. Dr Ron Paul essaie de contrer cela avec quelques nouveaux projets de loi tels que son H.R.2117. Nous verrons s'il a du succès.

Le Codex est en cours, bien qu'ils le mettent en œuvre en petites étapes, de sorte que le public ne remarque presque rien. Si nous appelons le Congrès à se plaindre, ils diront: "Oh non, ce n'est pas ce qui se passe". Nous devons lire entre les lignes et regarder toutes les preuves - c'est aussi clair que le jour. Sur le bon côté, peut-être que les gens vont revenir à cultiver plus de bons aliments biologiques et des herbes locales que jamais auparavant.

16 juillet 2007 Mise à jour de Scott C. Conseils de la Fédération nationale de la santé
La trentième session de la Commission du Codex Alimentarius (CAC) à Rome, en Italie, vient de se terminer (du 2 au 7 juillet 2007). Des assiettes remplies de normes et de directives du Codex ont été avancées jusqu'à leur stade final, comme si des personnes affamées étaient rassemblées autour d'une table de banquet. Peu importait ce qui était entassé dans l'assiette; il a été passé à la table malgré tout. Peu importait aussi qu'il y avait quelque 451 membres de délégations de pays et 61 observateurs délégués d'OING (Organisation Non Gouvernementale Internationale) du monde entier présents (ou prétendant assister); le président du CAC, le Dr Claude Mosha, a fait un bond en avant, écartant toutes les objections - excusez-moi, il les a appelées «réserves» - qui ont été faites. Il n'aurait pas importé qu'une assiette de tomates pourries lui ait été présentée pour approbation; il les aurait aussi approuvées. Lors de cette réunion, le CAC a été rendu non pertinent en tant qu'organe signifiant «approbateur», car il ne faisait qu'effleurer sans réfléchir ce qui avait été fait par d'autres. Mimi le gorille aurait pu faire un aussi bon travail.

C'est l'essence de ce qui s'est passé à la réunion du Codex, comme l'ont vu Sepp Hasslberger et moi (la délégation de la Fédération nationale de la santé). Pour lire notre rapport complet, voir www.thenhf.com/press_releases/pr_16_jul_2007.html

Alors que les Américains dormaient par A. Ofria
Quand nous voyons des joueurs puissants forcer nos dirigeants à agir d'une manière qui menace les droits que les Américains sont morts pour préserver, nous devons leur rappeler leur devoir de sauvegarder notre mode de vie. Si nous ne levons pas la voix au-dessus de la clameur des intérêts commerciaux multinationaux, nous pourrions être réduits au silence pour toujours.

Passez à l'action par Scott C. Tips
La législation peut protéger ou restreindre votre liberté sous tous ses aspects, y compris votre liberté de santé. Tant qu'il y a un semblant de représentation dans les couloirs du Congrès, utilisez votre influence sur vos sénateurs et votre représentant au Congrès. Qu'ils sachent tous les trois que vous vous opposez à l'harmonisation américaine avec les normes du Codex Alimentarius et toutes les autres restrictions à votre droit d'acheter et de faire pousser des aliments naturellement sains et de choisir des produits et services naturellement sains.

Rappelez-vous la devise d'action de la Fédération nationale de la santé: «Soyez constamment vocal. C'est-à-dire, ne vous contentez pas d'envoyer une lettre ou un fax, ou un e-mail, puis de vous asseoir et de regarder les rediffusions de la télé, en pensant que votre travail est terminé. Soyez persévérant, faites les trois, renvoyez-les et prenez le téléphone pour les appeler avec vos inquiétudes. Encore mieux, si possible, faites-leur une visite personnelle dans leurs bureaux, idéalement, en allant avec des amis. Gravez vos opinions dans leur esprit, même lorsqu'ils sont au Sénat ou à la Chambre. Faites-leur sentir la chaleur.

Pour commencer, vous pourriez dire:
«Je vous demande de faire deux choses pour protéger nos libertés en matière de santé ici: 1. Soutenir la Loi sur la protection de la liberté de la santé (HR2117) en signant en tant qu'organisme coparrainant et 2. S'opposer à tous les efforts pour harmoniser ou système de réglementation des aliments et des compléments alimentaires aux normes de santé de la Commission du Codex Alimentarius, dominée par l'Europe, qui reposent sur la science de la malbouffe ".
Unifiez vos efforts avec d'autres en vous joignant à une organisation comme la Fédération nationale de la santé qui a déjà fait ses preuves en matière d'activisme pour la liberté de la santé. Ensemble, nos efforts individuels seront coordonnés et amplifiés.

Note de la rédaction: Nous remercions tout particulièrement Scott C. Tips, Esq. de la Fédération Nationale de la Santé pour avoir aidé à la rédaction de cet article.

Au moins 106 nano-aliments déjà commercialisés
Difficile de recenser les nano-aliments existants. Les fabricants ont bien compris que les incertitudes qui entourent aujourd’hui les nano-particules peuvent effrayer les consommateurs. Ils ne communiquent pas clairement sur leur utilisation. Selon l’ONG les Amis de la Terre, c’est toute la chaîne alimentaire qui est aujourd’hui « contaminée ». Son rapport intitulé « Du Laboratoire à nos assiettes : les nanotechnologies dans l’alimentation et l’agriculture  » dresse la liste de 106 produits alimentaires, du jus de fruit « fortifié » aux compléments alimentaires vitaminés en passant par un « nano-thé ».
L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) dénombre tous secteurs confondus 2 000 nanoparticules manufacturées déjà commercialisées, et plus de 600 produits de consommation concernés. Si ces chiffres sont difficilement vérifiables du fait de l’absence de traçabilité, des estimations situent le marché des nano-aliments à plus de 5 milliards de dollars en 2005, avec des prévisions de 20 milliards de dollars pour 2010. Le groupe de consultants Helmut Kaiser prévoit que le recours aux nanotechnologies concernera, d’ici 2015, 40% des aliments industriels.


« Une technologie de confort pour les pays riches »
Du silicate d’aluminium pour empêcher l’agglutination des aliments en poudre, du ketchup épaissi avec du dioxyde de silicium, des vinaigrettes blanchies au dioxyde de titane... Les nano-aliments nous apporteraient, selon leurs partisans, des avancées culinaires majeures : du chocolat ou des glaces sans lipides et sans sucre, qui conservent le même goût que l’original, une huile (Shemen Industries) qui inhibe l’entrée du cholestérol dans le sang, un substitut alimentaire (Nanotrim de Nanonutra) qui brûle les graisses. Ou la possibilité de modifier le goût d’un aliment selon nos désirs. Des industriels comme Nestlé cherchent à concevoir les « nano-aliments du futur ».


Le géant agroalimentaire Kraft Foods (Etats-Unis) fait partie de ces pionniers. En 2000, il a financé un consortium de 15 universités et laboratoires de recherche, Nanotek, pour concevoir de la nourriture « intelligente » et personnalisée, tels des aliments qui contiennent des centaines de nano-capsules, remplies de saveurs, de nutriments, de couleurs différentes. Un four à micro-ondes pourrait déclencher, selon la fréquence des ondes, telle ou telle capsule, selon les désirs du consommateur. Une nourriture interactive en quelque sorte, qui peut même se transformer elle-même si une personne est allergique à un composant, ou libérer une dose de supplément nutritif si elle détecte des carences. Kraft Foods, le concepteur de ce projet, est propriétaire des marques de chocolat Milka, Côte d’Or, Toblerone, Suchard, et de café Carte Noir, Grand’Mère, Jacques Vabre ou Maxell. Imaginez demain votre café de couleur rose et au goût banane qui vous délivre votre dose quotidienne de vitamines C... Ou du chocolat qui libère des arômes de carotte tout en soignant votre gueule de bois. Formidable, non ?


Des nanos au goût d’OGM
Pourquoi ce déploiement de technologies ? « Sur le plan alimentaire, on ne comprend pas à quoi ça sert, explique Rose Frayssinet, de l’ONG Les amis de la Terre. « C’est comme les usages dans le textile : à quoi servent des chaussettes « sans odeur » avec du nano-argent ? Les nano-particules vont partir dans l’eau au bout de quatre lavages, et vont aller bouffer les microbes jusque dans les stations d’épuration. Au vu de ce que ça coûte, quelle est l’utilité sociale de tout ça ? Ce sont des technologies pour le confort des plus riches ».
Certains voient les nano-aliments comme une « aubaine » pour les paysans du Sud. Leur credo ? Des nanos qui augmenteraient la productivité agricole et permettraient de lutter contre la faim. Une promesse qui rappelle celles des lobbys biotechnologiques et leurs OGM. La comparaison ne s’arrête pas là : risques sanitaires et environnementaux, privatisation du vivant ou de combinaisons d’atomes par des brevets industriels, mise sur le marché de produits dont l’innocuité n’est pas prouvée... Des nanocides (pesticides utilisant les nano-technologies) intelligents qui nécessiteraient un dosage moins important que les pesticides actuels, et ne causeraient aucun mal aux insectes ? Le fait que ce soit des firmes comme Monsanto, Bayer ou Syngenta qui les développent ne peut qu’inviter à rester très prudent sur le sujet...


Vers un nouveau scandale sanitaire ?
« Dans le cas des OGM, nous avons obligé Monsanto à rendre publiques des études partielles de toxicité dissimulées au public. Des études semblables n’existent pas sur la nocivité des nanoparticules, souligne la Fondation Sciences citoyennes. Et les lanceurs d’alerte sont actuellement dissuadés par tous les moyens (poursuites en justice...) de briser la propagande officielle ». Pour Rose Frayssinet, nous sommes face à un risque encore plus grand que les OGM. « Les OGM, c’est un secteur, alors que les nanotechnologies concernent tous les secteurs. Les risques sont d’autant plus difficiles à analyser. On ne peut pas avoir une vision globale des implications ».

Difficile en effet de contrôler le comportement de nano-particules. Elles ne répondent pas aux lois de la physique classique, mais à celles de la mécanique quantique. Construire des particules, atome par atome, manipuler la matière au niveau des molécules, c’est entrer dans un monde d’incertitude radicale. Les propriétés des particules, comme leur toxicité ou leur persistance biologique, varient selon leur taille. De fait, les connaissances actuelles sur les effets toxiques des nano-particules manufacturées sont très limitées.


« Les données disponibles indiquent que certaines nanoparticules insolubles peuvent franchir les différentes barrières de protection, se distribuer dans le corps et s’accumuler dans plusieurs organes, essentiellement à partir d’une exposition respiratoire ou digestive », prévient une étude de l’Afsset, en 2006. Les nano-particules se diffusent dans les alvéoles pulmonaires, le sang, la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau, ou le placenta. Fin 2008, un nouveau rapport de l’Agence juge que la nano-toxicologie fournit « des résultats encore peu nombreux, disparates et parfois contradictoires » et qu’il « n’est cependant pas possible d’exclure à cette date l’existence d’effets néfastes pour l’homme et l’environnement ». Quant à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), après avoir rappelé que des études extérieures montrent de possibles altérations de l’ADN par les nano-particules [2], elle confesse « l’impossibilité d’évaluer l’exposition du consommateur et les risques sanitaires liés à l’ingestion de nanoparticules. » Très rassurant...


Nano-particules : l’amiante du 21ème siècle ?
Une étude britannique démontre l’existence d’un effet indirect des nanoparticules qui endommageraient « à distance » l’ADN [3]. Marie-Claude Jaurand, directeur de recherche à l’INSERM, pointe du doigt les nano-tubes de carbone, matériau ultra-résistant utilisé dans l’industrie, pour leurs effets « similaires à ceux de l’amiante », concernant la production de lésions de l’ADN et la formation d’aberrations chromosomiques. Face à ces risques, que font les instances compétentes ? Pas grand chose. Les instruments règlementaires sont inadaptés. Ministères et agences sanitaires sont complètement dépassés (les documents les plus récents publiés sur le site du ministère de la Santé datent de 2007). L’évaluation des risques doit être totalement repensée.
Les systèmes d’autorisation de mise sur le marché reposent sur la composition chimique des produits. Pour les nanoparticules, cela ne suffit pas, car les effets dépendent aussi de l’organisation spatiale des éléments atomiques et de leur taille. Un élément non toxique peut le devenir à l’échelon nanométrique. « Le dioxyde de titane et les dioxydes d’argent n’ont pas les mêmes propriétés au niveau nanométrique et au niveau macroscopique, explique Rose Frayssinet. Ils n’ont pas les mêmes propriétés selon qu’ils mesurent 20 nano ou 60 nano. Pour étudier les risques, il faudrait donc mener des études pour toutes les échelles ». Mais cela coûte cher. Et les outils manquent. « D’après les textes européens, dès qu’on modifie un aliment, une étude d’innocuité est obligatoire. Mais personne ne sait le faire. Il y a encore un an, il n’y avait aucun filtre vraiment sûr pour récupérer les nano-particules. Sans compter que les délais d’études étant très longs, les résultats arriveront après la mise sur le marché. On demande aux fabricants de travailler dans des salles blanches, avec des scaphandres. Et juste derrière, on met les produits sur le marché. C’est aberrant ! ».

Concernant la production et la mise sur le marché, les industriels se réfèrent à la directive européenne REACH. Celle-ci est pourtant insuffisante. Seules les substances chimiques produites en quantité supérieure à une tonne par an y sont soumises. Vu la taille des nano-particules, cette quantité de production n’est pas toujours atteinte. Et pour le moment, aucune obligation d’étiquetage n’existe, même si le Parlement européen commence à se saisir de cette question.
L’État finance sans s’inquiéter des conséquences, seul l'argent compte
« No data no market » (pas de données, pas de marché). Telle est la position défendue par de nombreuses associations écologistes, qui espèrent être rejointes par les syndicats de salariés. Elles demandent un moratoire sur les nano-produits. Et des procédures d’évaluation des risques adaptées. Les ONG souhaitent aussi débattre de l’utilité sociale des nanotechnologies, en particulier dans le secteur alimentaire.
Le gouvernement français a lancé en 2009 le plan Nano-Innov, qui vise à placer la France parmi les pays les plus en pointe sur les nanosciences, en encourageant la recherche fondamentale à travailler « avec les entreprises pour mettre au point des technologies, déposer des brevets, créer des produits  ». 70 millions d’euros ont été consacrés l’an dernier à ce projet. En parallèle, aucun fonds n’est dédié aux études toxicologiques et aux impacts sanitaires et environnementaux.
Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, a souligné à l’occasion du lancement de ce plan l’excellence de la recherche nationale sur les nanotechnologies (5ème rang mondial [4]) mais se désole que seulement 290 brevets aient été déposés en 2005, ce qui représente moins de 2% des brevets mondiaux. Car le secteur peut rapporter gros. La National Science Foundation (NSF) américaine évalue le marché des nanotechnologies à mille milliards de dollars en 2015. Selon la Fondation Sciences citoyennes, les investissements en recherche et développement ont été quasiment multipliés par dix entre 1997 et 2003 (3,5 milliards d’euros), avec une prévision de croissance de 40 % par an. « Les chercheurs nous disent souvent : il suffit qu’on parle de ’nanotechnologies’ dans nos projets pour avoir de l’argent pour mener des recherches », commente Rose Frayssinet.
Les multinationales de la pharmacie et de l’agrochimie sont sur les rangs pour fabriquer davantage de nano-aliments. A l’opposé de systèmes alimentaires organisés localement et écologiquement soutenables, se prépare une nouvelle révolution alimentaire, basée sur l’accaparement par quelques firmes privées des éléments constitutifs de la matière et de notre alimentation. Après la malbouffe, nous voici transformés en cobayes de la nano-bouffe, avec le silence complice de l’État.

Inventaire des produits alimentaires utilisant des nanotechnologies :
Le rapport des Amis de la Terre (en anglais), Du Laboratoire à nos assiettes : les nanotechnologies dans l’alimentation et l’agriculture / La traduction partielle du rapport en français est disponible sur cette page.
Nanotechproject (base de données en anglais)
Base de données des acteurs des nanomatériaux en France (dont secteur alimentaire), mis en place par le CNRS et le Commissariat à l’énergie atomique mais pas actualisé depuis 2005...

Preuves expérimentales de la toxicité de certains nano-matériaux (selon l’étude des Amis de la Terre) :
Nous devons prendre en considération une chose très importante, ce n'est certainement pas l'Humain qui est au centre des préoccupations mais l'argent que ces grands Lobbys peuvent se faire sur notre dos, alors quoi faire?

Idem pour le lobby du tabac avec des poisons dont on pourrait se passer, les cancers sont provoqués par ces industries, car en cultivant soi-même son tabac, il est prouvé qu'aucun cas de cancer n'a été détecté, répertorié, c'est bien qu'il y a un problème, sans parler de l'odieuse campagne d'images sordides adoptées par les républiques pour soi-disant sensibiliser les gens sur les dangers du tabac, les réels danger sont à cause des additifs rajoutés sciement dans le raffinage du tabac et ceci par les industries du tabac en corrélation avec le lobby Big-Pharma. Tout ceci est organisé pour faire de l'argent.

Conclusion :

En sachant que tous nos produits de consommation sont touchés par des additifs extrêmements nocifs, des nano-molécules incorporées aux emballages, des perturbateurs endocriniens, des antibiotiques, des poison que notre organisme stocke jour après jour et chez certains Humains se déclencheront tôt ou tard, engendrant des dysfonctionnement irrémédiables voir mortels.

Alors ma question, celle que je vous pose est POURQUOI FONT-ILS CELA?
POURQUOI NOS GOUVERNEMENTS TOLERENT ILS TOUTES CES MANIPULATIONS?
Personnellement je connais la réponse, que je ne développerait pas dans cet article, mais au-moins j'aurai suscité en vous, j'espère tout au moins une irrésistible envie de comprendre en vous documentant sur ces graves dysfonctionnements organisés, que vous soyez au courant est toujours mieux que de ne point l'être, et changer son mode de fonctionnement, en faisant extrêmement attention à ce que nous ingurgitons chaque jour et à nos enfants, car ils sont plus importants que tous ces gouvernements et lobbys, du-moins pour moi.

Regardez ces films!
"Nous devenons silencieux - Les derniers jours de la liberté de la santé -
Le documentaire Codex-CAFTA "(2006)
Une vidéo de 28 minutes par Kevin Miller à http://herballure.com/Special/WeBecomeSilent/QuickTime.html

"C'est à quoi ressemble la démocratie" (2000)
Une compilation de 68 minutes d'entretiens avec Noam Chomsky, Vandana Shiva, Susan Sarandon et Michael Franti sur les forces motrices de l'Organisation mondiale du commerce.
Disponible dans les magasins vidéo et www.corrugate.org.

Nouveaux livres

CODEX Alimentarius - L'impérialisme alimentaire mondial
Ce livre de 293 pages, qui vient d'être publié cette année, consiste en une compilation d'articles et de points de vue informatifs par divers activistes bien informés en matière de santé qui connaissent intimement le Codex. Compilé et édité par Scott Tips, président de la Fédération nationale de la santé.
15,95 $ plus frais de livraison: 3 $ US; Europe 12 $
Commandes en ligne: www.thenhf.com
Courrier: National Health Federation, P.O. Box 688, Monrovia, CA 91017, États-Unis, ou appelez le 626-357-2181.

La démocratie en action
"Le prix de la liberté est la vigilance éternelle." -Thomas Jefferson.
Pour contacter vos représentants au Congrès américain, allez à: www.house.gov.
Pour communiquer avec vos sénateurs du Congrès des États-Unis, visitez le site www.senate.gov.
Ou visitez: http://www.house.gov/zip/ZIP2Rep.html

Informations sur l'action du Codex
Comité d'action du Codex de la région de Boston
Sharrhan Williamson • 617-499-0920 • sharrhan@verizon.net

Fédération nationale de la santé
P.O. Case 688, Monrovia, Californie 91017
626-357-2181 • contact-us@thenhf.com www.thenhf.com

http://tinyurl.com/2xohw
www.alliance-natural-health.org
www.codexalimentarius.net
www.dr-rath-foundation.org
www.iahf.com
www.isil.org
www.mayday-info.dk
www.mercola.com
www.newmediaexplorer.org
www.newstarget.com
www.thenhf.com
www.welltv.com

Pourquoi les fours à micro-ondes sont interdits depuis 1976 en Russie
https://youtu.be/PhG7Rp-w_ds

Les micro-ondes: on les aime ou on les déteste. Avec plus de 90% des foyers occidentaux sont équipés de micro ondes, beaucoup ne comprennent pas les risques pour la santé, et que cela implique. Les ondes électromagnétiques qui traversent les aliments causent des dommages structurels.

Hans Hertel, un scientifique suisse, a soutenu son hypothèse que les aliments endommagés dans un micro-ondes provoquent des changements dans le sang. Les structures des molécules alimentaires ont été détruites. Profitez de la mauvaise qualité de la nourriture à vos risques et péril ! Non seulement la nourriture est endommagée, mais les nutriments sont détruits.

Une mère occupée décide d'économiser du temps et chauffe le lait maternel au micro-ondes. Réfléchissez encore avant de le faire. Stanford University a montré ce qui se passe lorsque le lait maternel est chauffé dans le micro-ondes. Le bébé aurait obtenu certains nutriments qui l'aideraient à guérir en cas de maladie. Au lieu de cela, tout cela est perdu.

LES FOURS DE MICRO-ONDES ONT ÉTÉ INTERDITS EN RUSSIE DEPUIS 1976, LEUR IMPACT NÉGATIF POUR LA SANTÉ est avéré, pour y compris:



• Les lésions cérébrales et le déclin cognitif

• Le affaiblisse!ment du système immunitaire  - qui aime être malade?

• Tumeurs et agents cancéreux

Mais attendez, les micro-ondes ne causent pas la mort. Pensez y à nouveau - un hôpital de l'Oklahoma a été poursuivi après qu'un patient a reçu du sang qui a été chauffé dans un micro-ondes. Pourquoi prendre ce risque ?

Toutes ces raisons ci-dessus ont poussé la Russie à interdire les micro-ondes en 1976.
Optez pour un four à résistances moins dangereux et qui ne fait pas disparaitre le goût et les odeurs des aliments !

Les Chemtrails ou La Destruction de l'Humain, la Pollution du Monde, la Destruction de la chaîne Animale, Alimentaire,

Un mécano aviation témoigne :

La curiosité a tué le chat.
Oui , vous connaissez Claire Séverac ? une vraie héroïne de la vérité et de l'interêt public, elle a depuis 2011 publié plusieurs livres sur les scandales liés à notre santé. Son dernier s'appelle "La guerre secrète contre les peuples" et a comme sous-titre "ne leur pardonnez pas, ils savent ce qu'ils font" et comme introduction une citation d'André Gide : "Le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être ! que par des insoumis"
chaque page de ce livre c'est de la dynamite ! vers le début  il y a ce témoignage, rien de tel que les témoignages ! (c'est comme pour le livre de Danielle Bleitrach "URSS vingt ans après), lettre qu'a reçu Clifford Carnicom "Je suis un mécanicien d'aviation, travaillant pour une ligne aérienne importante. Je travaille dans une base d'entretien située dans un grand aéroport et le hasard a voulu que je découvre ce qui ne m'était visiblement pas destiné.
Avant toute chose, il me faut vous expliquer en deux mots comment fonctionne la hiérarchie dans le monde des mécaniciens en aéronaval. C'est important pour la compréhension de mon histoire et pour la cause à laquelle vous consacrez une grande partie de vos énergies.
Les mécaniciens veulent travailler dans trois domaines : l'avionique, les moteurs et les commandes de vol. Les mécaniciens qui travaillent sur ces systèmes sont considérés comme ayant atteints les plus hauts degrés de l'échelle hiérarchique. Viennent ensuite les mécaniciens qui travaillent sur les systèmes hydrauliques et les appareils de climatisation.

Les suivants sont ceux qui sont attachés aux systèmes subalternes.
Enfin, tout en bas de cette échelle, se trouvent les mécaniciens qui travaillent sur les systèmes de vidange des eaux usées. Aucun mécanicien ne veux travailler aux pompes, réservoirs et tuyauteries qui servent à emmagasiner les déchets des toilettes.
Toutefois, dans chaque aéroport ou j'ai travaillé, il y'a toujours 2 ou 3 mécaniciens qui sont volontaires pour ce service, quel que soit l'aéroport. Les autres mécaniciens sont tellement heureux de les laisser faire. Personne ne prêtes vraiment attention a ces types et aucun mécanicien sérieux n'a de véritable rapport avec ces mécaniciens de seconde zone. En fait, je ne m'étais moi-même jamais vraiment penché sur cette question, jusqu'à tout dernièrement.

La plupart des compagnies aériennes ont des accords de services réciproques avec les autres compagnies qui utilisent un même aéroport. Cela signifie que si une compagnie a un problème technique, un de nos mécaniciens s'en occupera.

En contrepartie, si un de nos avions est en difficulté là où une autre compagnie aérienne possède sa base d'entretien, ils se chargeront de réparer notre avion.

Un jour du mois dernier, j'ai été appelé sur notre base pour travailler sur l'avion d'une autre compagnie. Au moment de l'appel, le contrôleur ne savait pas quel était le problème et ne pouvait me donner aucun détail. Quand je suis arrivé sur place, j'ai découvert que la panne se situait au niveau de l'emmagasinage des rebuts. Il n'y avait pas d'autres solutions : il fallait que je rampe à l'intérieur de la carlingue pour régler le problème.

En pénétrant dans le compartiment, je me suis rendu compte que quelque chose n'allait pas. L'avion possédait plus de réservoirs, de pompes et de tuyaux que la mention au cahier de charges.

Au début, j'ai supposé que le système avait été modifié. Il n'y avait plus de dix ans que je n'avais pas travaillé sur un appareil de ce type. Alors que j'essayais de trouver le problème, j'ai rapidement réalisé que la tuyauterie et les réservoirs supplémentaires n'étaient pas reliés au système d'évacuation... Je venais tout juste de le découvrir quand un autre mécanicien de ma compagnie apparut subitement. C'était justement un des mécanicien travaillant habituellement sur ces systèmes. Je lui ai remis le travail avec grand plaisir.
Comme je partais, je l'ai interrogé au sujet de l'équipement supplémentaire. Il m'a dit : Occupe-toi de ton boulot et laisse-moi m'inquiéter du mien!
Le lendemain j'étais à l'ordinateur de la compagnie pour voir un plan de câblage.tandis que je me trouvais là, j'ai décidé de faire une recherche supplémentaire que j'avais trouvé dans l'avion. À ma grande surprise, les manuels ne faisaient aucunement état de l'équipement que j'avais vu la veille. J'ai cherché dans les dossiers du fabricant et je n'ai rien trouvé non plus. Ma curiosité était piquée au vif : j'étais vraiment déterminé à découvrir la nature de cet équipement-là.
La semaine suivante nous avons reçu trois de nos avions, dans le hangar principal, pour l'inspection périodique. Des mécaniciens rampent partout autour de l'avion durant ces inspections. Je venais tout juste de finir mon quart de travail et j'ai donc décidé d'aller voir le système d'évacuation sur un des appareils. Avec tous les mécaniciens autour, j'étais sûr que personne ne me remarquerait.
À ma grande surprise, l'avion que je choisis d'inspecter possédait, lui aussi, ce type d'équipement supplémentaire!
J'ai commencé à suivre le système de la tuyauterie, des pompes et des réservoirs. J'ai découvert ce qui semblait être l'unité de commande pour le système. C'était une boite de commande standard de l'avionique, mais sans la moindre inscription. Je pouvais suivre les fils, de la boîte de commande aux pompes et aux valves, mais aucun circuit de commande n'arrivait dans cette unité.
Les seuls fils qui étaient raccordés à cette unité, rejoignaient le système opérationnel des commandes de l'avion.
Le système possédait un grand réservoir et deux plus petits.
C'était difficile à voir à cause de l'exiguïté du compartiment, mais semblait que le grand réservoir aurait pu tenir 50 gallons (200 litres). Les réservoirs étaient reliés à une soupape de vidange du système des eaux usées. Ayant cherché où menait ce raccordement sous l'avion, j'ai vu qu'il était caché derrière un faux panneau, sous un autre panneau qui, lui, accédait au système du drain de vidange.
J'ai commencé à retracer la tuyauterie des pompes. Ces tuyaux mènent à un réseau de plus petits conduits qui se terminent dans les rebords arrière des ailes et des stabilisateurs horizontaux de l'avion.
Si vous regardez attentivement les ailes d'un grand avion vous verrez une couette de fils, environ de la taille de votre doigt, s'étendre du rebord arrière de l'aile. Ce sont des tiges de décharge statiques. Elles sont employées pour dissiper la charge d'électricité statique qui s'accumule sur un avion en vol. J'ai découvert que les conduits de ce systèmes menaient à une sur trois de ces tiges à décharge électrostatique. Par contre, ces tiges uniques avaient été trouées comme pour laisser échapper un produit quelconque à partir de ces fausses tiges à décharges électrostatique.
Cela faisait un certain temps que j'étais juché sur l'aile. Soudainement, un des superviseurs m'ordonna de quitter le hangar. Il me dit par la suite que mon quart de travail était terminé et que je n'étais pas autorisé à faire des heures supplémentaires.
Les deux journées qui suivirent furent très chargés et je ne trouvai pas une minute pour poursuivre ma petite enquête.
Alors que j'étais en retard,,deux jours après ma découverte, je fus appelé à remplacer un détecteur de température pour un moteur d'avion qui s'apprêtait à décoller. J'ai fini le travail et je suis retourné à la paperasse.
Environ 30 minutes plus tard, j'étais convoqué par le directeur général. Quand je suis entré dans son bureau , le représentant de notre syndicat et deux autres personnes que je ne connaissais pas m'y attendaient. Le directeur me dit qu'un problème sérieux avait été découvert. J'étais suspendu pour faute grave. Il m'a remis une formule disciplinaire déclarant que j'avais écrit de fausses entrées dans mon rapport de travail au sujet du détecteur de température de moteur que je venais d'installer quelques heures auparavant. J'étais atterré et j'ai commencé à protester. J'ai dit que c'était ridicule et que j'avais bel et bien effectué consciencieusement ce travail. Le représentant du syndicat s'interposa. Il a recommandé que nous jetions un coup d'oeil à l'avion, de façon à tirer la situation au clair. C'est à ce moment que j'ai demandé qui étaient les deux autres hommes. Le directeur général m'a indiqué qu'ils étaient des inspecteurs de la sécurité de la compagnie aérienne, mais qu'ils n'étaient pas tenus de me donner leur nom.
Nous nous sommes donc rendu à l'avion qui aurait déjà dû décoller, mais qui était encore garé à notre rampe de maintenance. Nous avons ouvert les capots du moteur et le représentant des syndicats retira le détecteur de température. il vérifia le numéro de série et constata que c'était la vieille pièce. Nous sommes alors allés au comptoir des pièces et le représentant des syndicats a vérifié mon rapport. Sur une étagère, il a pris une boite scellée. Il l'a ouverte et a retirée un détecteur de température à moteur ayant le même numéro de série que celui que j'avais installé. Sur-le-champ, il m'a dit que j'étais suspendu pour une semaine sans salaire.
Je me suis reposé à la maison le premier jour de ma suspension en me demandant ce qui avait bien pu m'arriver.
Durant la soirée , j'ai reçu un appel téléphonique. La voix me dit : Maintenant vous savez ce qui arrive aux mécaniciens qui fourrent leur nez là ou ils n'ont rien à faire. La prochaine fois que vous vous mettrez à travailler sur des systèmes qui ne vous concernent pas, vous perdrez votre emploi! Comme je me sens généreux aujourd'hui , je crois que vous pourrez retourner à votre travail bientôt.

J'ai aussitôt fait le rapprochement entre ce qui venait de se produire et ma découverte de la tuyauterie mystérieuse.
Le matin suivant le directeur général m'appela. Il me dit qu'à cause de l'excellence de mon dossier, la suspension avait été réduite à une journée. Je devais donc me remettre immédiatement au travail. La seule chose à laquelle je pouvais penser était : Qu'est-ce qu'ils essayent de cacher et ensuite qui sont -ILS!
Le retour au travail s'est passé comme si de rien n'était. Aucun des autres mécaniciens ne mentionna la suspension qu'on m'avait infligée. Le représentant syndical m'a d'ailleurs dit qu'il était inutile d'en parler. Mais cette nuit-là, Je surfais sur Internet pour essayer de trouver des réponses. Je ne me rappelle pas comment j'y suis arrivé, mais j'ai trouvé votre site par hasard. C'est alors que la situation est devenue de plus en plus claire. Le lendemain matin, au travail j'ai trouvé une note écrite à l'intérieur de mon casier verrouillé. Elle disait : La curiosité a tué le chat. Ne regarde pas les sites Internet qui ne te concernent pas.
Alors, voilà! Ils m'observent.
Je ne sais pas ce qu'ils sont en train de vaporiser, mais je peux vous certifier qu'ils le font. J'imagine qu'ils utilisent les camions-citernes. Ce sont les camions qui vident les déchets des réservoirs de vidanges des toilettes. Habituellement les aéroports confient à la sous-traitance ce genre de travail et personne ne va près de ces camions. Qui voudrait se tenir près d'un camion rempli de m...? Tandis que ces types vident des réservoirs des eaux usées, ils remplissent les réservoirs du système des gicleurs à vaporisation. Ils connaissent les plans de vol des avions. Ainsi, ils programment probablement l'unité de commande afin qu'elle commence à pulvériser une certaine quantité d'un produit quelconque après un certains temps, dès que l'avion a atteint une certaine altitude, ou encore au-dessus de certaines agglomérations. Le bec des gicleurs des fausses tiges électrostatiques est si petites que personne dans l'avion, ne pourrait remarquer la chose.
Je ne suis aucunement un imbécile. Je sais qu'il se passe quelque chose et je suis franchement effrayé. Je me sens très coupable de connaître l'existence de cette opération, mais je
suis tenu au silence. Cela me perturbe de savoir que la compagnie pour laquelle je travaille pourrait être en train d'empoisonner les Américains. J'espère que cette lettre ouvrira les yeux de certaines personnes sur ce qui se produit, en ce moment, dans nos cieux.
Encore une fois, je souhaiterais bien pouvoir vous donner une information documentée, mais vous comprenez pourquoi je dois conserver l'anonymat absolu.

"
Merci,
un citoyen concerné.

https://youtu.be/HZFm8QTOCus